EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Crise des Rohingyas : Aung San Suu Kyi pointée du doigt

Crise des Rohingyas : Aung San Suu Kyi pointée du doigt
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Et 20 000 autres attendent de pouvoir franchir la frontière bangladaise...

PUBLICITÉ

Le Bangladesh fait face à un afflux de réfugiés sans précédent. En 10 jours, 87 000 Rohingyas ont traversé la frontière depuis le Myanmar, pour fuir les violences et les persécutions de l’armée birmane. Un chiffre communiqué par le bureau de coordination des Nations unies au Bangladesh. Selon lui, 20 000 autres personnes sont toujours bloquées à la frontière, en attente d’un laissez-passer.

Les Rohingyas, minorité musulmane vivant à l’ouest de la Birmanie, sont considérés par l’ONU comme l’un des peuples les plus persécutés au monde. Depuis le 25 août, des combats entre l’armée et des rebelles rohingyas ont fait 400 morts, la plupart des musulmans, considérés comme « terroristes » par le régime birman.

Très critiquée pour sa gestion du conflit, la chef du gouvernement Aung San Suu Kyi s’attire les foudres de la communauté internationale. Dans une déclaration, la jeune Nobel de la Paix Malala Yousafzai appelle la leader birmane à mettre fin aux exactions de l’armée. Ce lundi en Indonésie, premier pays musulman au monde, plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés face à l’ambassade birmane.

En déplacement au Myanmar, le chef de la diplomatie indonésienne devait rencontrer Aung San Suu Kyi pour aborder, la question des Rohingyas.

My statement on the #Rohingya crisis in Myanmar: pic.twitter.com/1Pj5U3VdDK

— Malala (@Malala) 3 septembre 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Chypre peut-elle faire face à l'afflux ininterrompu de migrants?

Allemagne : Olaf Scholz s'engage à améliorer la gestion de l'immigration clandestine

Les premiers vols d'expulsion vers le Rwanda quitteront le Royaume-Uni dans quelques mois