EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Catalogne : députés et ministres indépendantistes traités différemment par la justice espagnole

Catalogne : députés et ministres indépendantistes traités différemment par la justice espagnole
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour Ester Capella, "le crime imputé à Carmen Forcadell a été de permettre le débat politique d'une majorité parlementaire qui exerce son mandat démocratique"

PUBLICITÉ

Comme attendu, la cour suprême espagnole a été moins dure que le tribunal qui juge les membres du gouvernement catalan. Si huit ministres ont été placés en détention provisoire par l’Audience nationale la semaine dernière, les élus de l’assemblée catalane ont été laissés en liberté, le temps de rassembler une caution, à l’exception de la présidente du parlement. Ces députés, comme Ester Capella de la gauche républicaine de Catalogne (ERC), déplorent le cas de Carmen Forcadell.

Leurs raisons ne sont pas légales, mais politiques. Le crime imputé à Carmen Forcadell a été de permettre le débat politique d’une majorité parlementaire qui exerce son mandat démocratique issu des élections du 27 septembre.

L’association espagnole Jueces par la Democracia pour la démocratie”, qui rassemble des magistrats plutôt progressistes, semblait plus satisfaite sleon son porte-parole Ignacio González Vega :
Les mesures sont moins sévères que celles de l’audience nationale et en ce sens, plus en accord avec ce que nous avons déclaré la semaine dernière concernant les garanties et les droits. Cela semble plus respectueux du principe de liberté, qui est la règle générale.

Devant la cour, la déclaration de carmen Forcadell avait commencé à 9h30 et 14 heures plus tard, son sort était scellé. La décision du juge Pablo Llarena de laisser libre tous les accusés, y compris sous caution, pourra peut-être influer sur le sort des membres du gouvernement catalan, actuellement en prison, notamment si la cour suprême prend finalement toute l’affaire en charge“, explique notre correspondant Carlos Marlasca.

La présidente du Parlement Catalan mis en prison. Ils sont déjà 11 prisonniers politiques en Europe. Nous ne voulons pas être européennes dans cette Europe. EmmanuelMacron</a> <a href="https://twitter.com/EU_Commission?ref_src=twsrc%5Etfw">EU_Commission#Catalognepic.twitter.com/03BNAkBgsO

— OccitaniexCatalogne (@OcpourCatalogne) 9 novembre 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Catalogne : entre exilés et prisonniers, le coup d'envoi de la campagne électorale

Longuement applaudi au Parlement, Pedro Sanchez a été reconduit à la tête de l'Espagne

Julian Assange désormais libre est rentré en Australie