EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Carles Puigdemont savoure sa victoire

Carles Puigdemont savoure sa victoire
Tous droits réservés REUTERS/Francois Lenoir
Tous droits réservés REUTERS/Francois Lenoir
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis Bruxelles, l'ancien Président destitué s'est félicité des résultats du scrutin régional et a tancé le gouvernement espagnol.

PUBLICITÉ

L'ancien président catalan Carles Puigdemont s'est exprimé jeudi depuis Bruxelles, où il se trouve en exil.

Le dirigeant séparatiste a salué la victoire de son camp, « un résultat incontestable » qui doit maintenant être entendu par les institutions européennes. Il a aussi fustigé la politique du Premier ministre espagnol Mariano Rajoy.

"La République catalane l'a emporté sur la monarchie de l'article 155 de la contitution", lance Carles Puigdemont, leader de Junts per Catalunya. "Espérons qu'ils comprennent. Ils devraient s'en rendre compte. L'État espagnol a été défait. Rajoy et ses coéquipiers ont perdu, et ont été battus par les Catalans. Ils ont perdu le plébiscite qu'ils voulaient pour légitimer le putsch qu'ils ont fait avec l'article 155".

Les séparatistes balaient tout le spectre politique, ou presque. La gauche républicaine, incarnée par l'ERC, pour Esquerra Republicana, réalise une percée. Une formation dont est issue l'ex-Présidente du Parlement Carme Forcadell et l'ancien vice-président de la région Oriol Junqueras. Il est l'un des trois candidats indépendantistes à avoir dû rester derrière les barreaux.

Les anticapitalistes de la CUP, qui se sont présentés pour la première fois aux régionales il y a sept ans, ont engrangé deux fois moins de voix que lors du scrutin de 2015, et perdu six sièges.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : Mar Galcerán est la première personne atteinte de trisomie 21 à être élue députée

Législatives en Espagne : le temps des tractations

Iran : réformateur contre ultraconservateur pour le deuxième tour de l'élection présidentielle