EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Tuerie de Youtube : l'hypothèse de la vengeance

Tuerie de Youtube : l'hypothèse de la vengeance
Tous droits réservés 
Par Maxime Biosse Duplan
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La tueuse de Youtube a été identifiée. Nasim Aghdam, d'origine iranienne, est une "Youtubeuse" émérite. Mais elle se disait victime de discrimination de la part du réseau social.

PUBLICITÉ

Etrange personnalité que celle de la femme qui a tiré sur des employés de la société Youtube en Californie ce mardi, blessant trois personnes. Nasim Najafi Aghdam, 39 ans, d'origine iranienne, se décrivait comme défenseure des animaux, apôtre du véganisme, et bodybuildeuse. Plus récemment, elle se disait surtout discriminée par Youtube car selon elle les vidéos qu'elle postait sur le réseau social étaient filtrées ou censurées par l'hébergeur américain.

C'est donc animée d'une envie de vengeance que la tireuse a fait irruption chez Youtube et ouvert le feu sur des employés avant de retourner son arme contre elle. Avant la fusillade, son père avait même selon des médias locaux averti la police que sa fille "détestait" Youtube et pourrait se rendre au siège de la compagnie.

Nasim Najafi Aghdam gérait en fait quatre chaînes Youtube. Ses vidéos totalisaient un million de vues et 5.000 abonnés. Mais certains médias rapportent que sur son compte, on trouvait aussi des vidéos très violentes d'animaux maltraités ou de citations de Hitler. Dans une de ses dernières interventions, elle se plaignait du fait qu'un exercice de fitness pour les jambes qu'elle avait mis en ligne ait été censuré.

Et, toujours selon la presse de Los Angeles, l'un des hommes sur lesquels elle a tiré serait son ex-petit ami.

Autant de pistes à explorer pour le FBI.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : Vladimir Poutine en visite en Corée du Nord

Pologne : un mort dans l'explosion d'une usine d'armement

Poutine menace de livrer aussi des missiles "à d'autres" pays pour frapper l'Occident