Voici le robot-pizzaïolo

Voici le robot-pizzaïolo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une start-up française espère ouvrir une centaine de fast-foods en France, d'ici 2020.

PUBLICITÉ

Une start-up française a mis au point des robots capables de faire des pizzas sur-mesure de manière autonome. Elle espère lancer sa propre chaîne de restauration rapide baptisée Pazzi et ouvrir près d'une centaine de points de vente d'ici 2020.

Sur le plan technique, le travail des ingénieurs et impressionnant : pâte, sauce tomate, ingrédients, enfournage, découpe des parts et même la dernière touche d'huile... Les bras robotiques se chargent de tout. Pour passer commande, pas de serveur non-plus, mais un écran digital.

La force des deux entrepreneurs qui ont lancé ce projet dans leur garage, c'est une rentabilité triplée par rapport à une pizzeria traditionnelle. Le robot peut cuisiner 120 pizzas de l'heure, contre 40 pour un pizzaïolo. La "e-pizza" est prête en 4 minutes, ce qui n'est pas révolutionnaire. "Mais le robot a trois bras et peut paralléliser les tâches", explique Philippe Goldman, président de la société Ekim.

"Aujourd'hui, les gens ont de moins en moins de temps pour déjeuner, ils n'ont que 30 minutes. Pour cela, ils arbitrent entre le temps et la qualité de la nourriture. Nous allons pouvoir leur offrir les deux", assure le patron de la pizzeria du futur.

Inutile de dire que ce projet ne fait pas l'unanimité. Plus qu'un plat, la pizza est pour certains un patrimoine traditionnel intouchable. Non loin de le showroom de Pazzi, un pizzaïolo napolitain malaxe la pâte et ne cacha pas sa perplexité :

"L'être humain est plus rapide, il est capable de voir si la pâte est bonne ou non, s'il y a un problème avec la pâte, ce qui peut arriver en cas de changement de température. S'il y a un problème, le robot ne pourra pas le voir. Le pizzaïolo, si", assure le professionnel.

Qu'il se rassure, la président d'Ekim assure que sa société ne "vise pas à remplacer les pizzerias traditionnelles de quartier. Nous sommes sur un toute autre marché, celui de la restauration rapide".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des chefs cuisiniers apportent du réconfort aux victimes du Hamas

La cuisine du Qatar : quand la tradition s'enrichit de saveurs d'ailleurs

Mettez-vous en appétit avec les cuisines du monde entier que l'on trouve au Qatar