DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Trinité, navire français du XVIe, gît bien au large de Cap Canaveral

Vous lisez :

La Trinité, navire français du XVIe, gît bien au large de Cap Canaveral

La Trinité, " An Illustrated History of the New World", J. L. DENISON
@ Copyright :
The British Library
Taille du texte Aa Aa

La justice américaine a tranché. L’épave découverte en 2016 au large de Cap Canaveral en Floride est bien celle de La Trinité, le vaisseau du capitaine Jean Ribaut disparu en mer en 1565. La décision rendue le 29 juin dernier par la cour fédérale d’Orlando reconnaît ainsi la propriété de la France sur ce navire et sa cargaison, après deux ans d’intense bataille juridique.

Retour en arrière. En mai 2016, une équipe de Global Marine Exploration (GME), une société spécialisée dans la recherche sous-marine découvre un inestimable trésor, gisant dans l’océan Atlantique à une profondeur de 5 à 8 mètres. A quelques miles marins de la base de la Nasa, la compagnie met au jour, au milieu de décombres d’engins spatiaux, les restes d’un navire du XVIè siècle et de ses canons. Parmi ces pièces d’artillerie, trois d’entre-elles, en bronze, sont ornées d’une fleur de lys, l'emblème du Royaume de France. Ces armoiries sont également présentes sur une autre pièce de la cargaison, une stèle en bronze. Ainsi, la localisation du navire exhumé des flots et la nature des objets découverts sur le site, ont laissé penser qu'il s'agissait bien de La Trinité.

Sur la piste de la Trinité

Rapidement, aux vues de ces éléments, les services consulaires français ont réclamé la propriété de l’épave, aidés en cela par les conclusions du “Sunken Military Act”, un texte voté en 2004 par le congrès américain, qui reconnaît la souveraineté des pays sur les épaves de leurs anciens navires de guerre trouvées dans les eaux territoriales des Etats-Unis. A l’inverse, pour GME, la thèse est tout autre : il pourrait s’agir d’un navire marchand espagnol, qui avait embarqué la cargaison de La Trinité après l’avoir pilée.

Un bras de fer de deux années

La cour d’Orlando a donc donné raison à la France, qui était appuyée dans sa démarche par l’Etat de Floride. Pour GME, cette décision est lourde d’importance puisque la valeur des objets retrouvés en mer, s’ils sont inestimables d’un point de vue patrimonial, est évaluée à plusieurs millions d'euros.
A l’issue du jugement, Robert Pritchett, le président de la société d’exploration, nous a déclaré qu’”il y avait de bons juges et de mauvais juges. Je ne peux pas faire de commentaire sur une affaire en cours”. Il n'a pas indiqué s’il comptait faire appel, ce qui est possible jusqu’au début du mois d'août.
L’homme à la tête de GME a, en outre, soulevé une question : “Que va faire la France du site ?” La réponse à cette interrogation nous a été fournie par l’ambassade de France aux Etats-Unis que nous avons également contactée : “Notre objectif, avec l'Etat de Floride, est de permettre une étude rigoureuse du site, et la présentation au grand public des résultats et des pièces qui pourront être retrouvées. Celles-ci ont une importante valeur historique.

La Trinité, un graal de l’archéologie maritime

Pour les historiens et les archéologues, La Trinité revêt une importance considérable puisqu’il s’agit de la plus vieille épave française découverte dans l’ancien “Nouveau Monde”. De plus, ce sont les vestiges du premier navire embarquant des Européens venus chercher la liberté religieuse, à l’image des protestants anglais, qui ont quelques décennies plus tard, en 1620, rallié les futurs Etats-Unis à bord du Mayflower.

Entre 1562 et 1565, la France du roi Charles IX cherche à établir une présence permanente en Floride, un territoire qui suscite la convoitise d’autres puissances européennes à l’image de l’Espagne. C’est dans cette même période qu’éclatent les guerres de religion en France. Ainsi, l’idée de créer une colonie française dans le Nouveau Monde est appuyée par Gaspard II de Coligny, un amiral de la marine française, d’origine protestante, pour permettre aux huguenots, les protestants français, de fuir la persécution qui régnait dans le Royaume (de Coligny sera lui-même emporté par le massacre de la Saint-Barthélemy, le 24 août 1572).

Une première expédition déjà commandée par Jean Ribaut, également huguenot, quitte la France en 1562. Une première colonie est fondée en “Floride française”, baptisée Charlesfort en l’honneur roi Charles IX. Quelques colons restent sur place et Jean Ribaut rentre en France. Cette première tentative ne sera pas couronnée de succès. D’autres suivront comme la fondation du Fort Caroline en 1564. L’année suivante, Jean Ribaut reprend la mer à bord de La Trinité, à la tête d’une flottille plusieurs navires embarquant 600 hommes. Mais arrivés en Floride, la flotte de Ribaut croise des vaisseaux espagnols venus reprendre la Floride des mains des Français, huguenots qui plus est. Ribaut débarque une partie de ses troupes pour protéger Fort Caroline. Il se lance à la poursuite des navires envoyés par Philippe II d'Espagne. Mais au même moment, une tempête se lève et emporte La Trinité dans les profondeurs de l’océan. Jean Ribaut sera capturé, ainsi qu’une partie de son équipage, et exécuté par les Espagnols. A terre, les places françaises sont prises. L'éphémère aventure de la Floride française prend fin.