DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran confirme un tir de missiles contre des rebelles kurdes en Irak

Vous lisez:

L'Iran confirme un tir de missiles contre des rebelles kurdes en Irak

L'Iran confirme un tir de missiles contre des rebelles kurdes en Irak
Taille du texte Aa Aa

Les Gardiens de la Révolution islamique ont confirmé dimanche avoir tiré la veille sept missiles contre le quartier général d'un groupe d'opposition armé kurde iranien en Irak.

"Le quartier général des terroristes [...] a été touché samedi par sept missiles de surface tirés par la division balistique de la force aérospatiale des Gardiens", a indiqué un communiqué publié sur le site officiel de cette armée d'élite iranienne. Cette frappe a fait 11 morts et 30 blessés, selon des sources médicales locales.

La division des drones des Gardiens a également été impliquée dans cette rare attaque balistique transfrontalière menée sur le sol irakien à partir du territoire iranien.

Un responsable du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran (PDKI) -installé au Kurdistan irakien et considéré par Téhéran comme une organisation terroriste- avait indiqué samedi que 11 membres de son mouvement avaient été tués par des roquettes tirées sur leur siège à Koysinjaq alors qu'il étaient réunis en congrès. Il avait accusé l'Iran d'être à l'origine de l'attaque.

Koysinjaq est située près de la frontière iranienne, à environ 60 km à l'est d'Erbil, capitale de la région autonome kurde d'Irak.

"Le châtiment des transgresseurs a été planifié à la suite des actions maléfiques perpétrées ces derniers mois par des terroristes de la région kurde [d'Irak] à la frontière de la République islamique" d'Iran, a encore indiqué le communiqué des Gardiens de la Révolution.

De nombreuses "équipes de terroristes" ont récemment été envoyées à partir de la zone autonome kurde d'Irak dans les provinces iraniennes de l'Azerbaïdjan-Occidental, du Kurdistan et de Kermanshah, ont ajouté les Gardiens, armée idéologique créée au côté de l'armée nationale après la Révolution islamique de 1979.

Ils affirment avoir affronté récemment des commandos du PDKI dans le villes de Marivan et Kamyaran dans la zone du Kurdistan iranien, frontalière de l'Irak.

- Protestation irakienne -

Dans un communiqué publié dimanche, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères irakien, Ahmed Mahjoub, a de son côté dénoncé le bombardement de Koysinjak, survenu au lendemain de l'incendie du consulat d'Iran à Bassora (sud de l'Irak) par des manifestants anti-iraniens.

"L’Irak protège la sécurité de ses voisins et refuse que son sol soit utilisé pour menacer ces pays mais refuse catégoriquement que sa souveraineté territoriale soit violée par le bombardement de quelque cible que ce soit sur son sol sans coordination préalable", a-t-il affirmé.

Le PDKI est le plus ancien parti autonomiste kurde d'Iran. Interdit après la Révolution islamique, il semble avoir repris des opérations en territoire iranien depuis 2016, après une longue trêve.

Sept de ses dirigeants ont été assassinés en Autriche et en Allemagne dans deux attentats commis respectivement en 1989 et 1992, attribués par ces deux pays à l'Iran.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.