DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

JO-2016: le Kenya va inculper sept dirigeants pour corruption

Vous lisez:

JO-2016: le Kenya va inculper sept dirigeants pour corruption

JO-2016: le Kenya va inculper sept dirigeants pour corruption
Taille du texte Aa Aa

Sept dirigeants du sport kényan, dont un ancien ministre, vont être inculpés de corruption et détournement de plus de 500.000 dollars lors des Jeux olympiques 2016 à Rio de Janeiro, a indiqué samedi le procureur général.

L'ancien ministre des Sports, Hassan Areroe, et le double champion olympique de demi-fond, Kipchoge Keino, font partie des personnalités concernées, a précisé le procureur Noordin Haji.

"Lors des Jeux de Rio, le gouvernement a mis de côté 544 millions de shillings (4,6 M EUR) pour faciliter la participation des athlètes", peut-on lire dans le communiqué.

"Malheureusement, une partie des fonds a été mal utilisée, privant ainsi les athlètes d'un bon usage", ajoute le texte.

La corruption est fréquente au Kenya où des millions de dollars d'argent public sont détournés chaque année.

Aux JO de 2016, des tenues d'athlètes kényans avaient également été volées par des officiels.

"La corruption et les détournements de fonds destinés à faciliter la vie de nos athlètes ont un impact négatif sur leur capacité à être performants", déplore aussi le procureur Haji.

Les sept suspects ont jusqu'à lundi pour se rendre. Ils devront répondre de six chefs d'accusation d'abus de pouvoir, et de quatre liés au non-respect des lois sur la gestion des fonds publics.

Ils sont accusés d'avoir détourné pour 55 millions de shillings kényans (environ 500.000 dollars).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.