DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Brexit : l'industrie européenne de l'automobile ne veut pas d'un "No Deal"

Vous lisez :

Brexit : l'industrie européenne de l'automobile ne veut pas d'un "No Deal"

Brexit : l'industrie européenne de l'automobile ne veut pas d'un "No Deal"
Taille du texte Aa Aa

Pas d'accord sur le Brexit, un scénario qui inquiète au point haut point l'industrie automobile. Selon l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), le modèle économique même des industriels du secteur serait menacé en cas de "No Deal".

Si aucun accord n'était conclu entre l'UE et le Royaume-Uni dans le secteur automobile, des droits de douane de 10% s'appliqueraient sur toutes les voitures échangées entre les deux marchés... Soit une hausse des coûts de production de 5,7 milliards d'euros par an.

Selon les chiffres fournis par l'industrie automobile, les voitures coûteraient alors 3000 euros de plus pour un modèle fabriqué dans l'Union, et 1700 euros de plus pour un modèle fabriqué outre-manche.

Des conséquences du Brexit, il y en a déjà : La fermeture estivale annuelle de l'usine Mini d'Oxford va être avancée cette année au 1er avril, soit juste après le brexit, afin de minimiser le risque d'une perturbation des approvisionnements à court terme, a expliqué le groupe BMW.

Au niveau européen, le marché de l'automobile a crû de 2.5% en neuf mois, malgré une forte baisse en septembre. Au Royaume-Uni, la chute sur 2018 est importante : moins 7.5%.