DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les ambitions hydroélectriques du Québec pour le nord-est américain

Les ambitions hydroélectriques du Québec pour le nord-est américain
Taille du texte Aa Aa

Au nord du golfe du Saint-Laurent, le Québec achève quatre grands barrages hydroélectriques, symboles de son ambition d'inonder le nord-est américain d'électricité "propre".

C'est un chantier pharaonique entamé en 2009, 4 grandes centrales sur 150 km au fil de la rivière Romaine. D'ici 2021, elles sont censées avoir une puissance cumulée presqu'aussi importante que l'EPR de Flamanville, le dernier-né des réacteurs nucléaires français.

Mais quand le Premier ministre québécois y voit la plus grande contribution que la belle province puisse apporter pour aider notre planète, des groupes comme Greenpeace y voient une obsession dommageable pour l'environnement, alors que la province canadienne croule déjà sous les surplus énergétiques.

Reste que l'ambition québécoise est de fournir de l'électricité propre à tout le nord est-américain comme l'explique Pierre-Olivier Pineau, spécialiste de l'énergie à HEC Montréal.

"L'État de New York, la Nouvelle-Angleterre, veulent véritablement avoir davantage d'électricité renouvelable dans leur portefeuille de production, et il y a une vraie opportunité pour le Québec de fournir cette énergie renouvelable."

Reste à trouver les autorisations et les financements pour construire des lignes à haute tension jusqu'aux Etats-Unis. Déjà, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a proposé l'aide du gouvernement fédéral au Québec.

Car tant que les lignes électriques des deux pays ne seront pas reliées, l'or bleu québécois restera un trésor inaccessible.