DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jura : des débris retrouvés après la disparition d'un Mirage 2000

L'avion de chasse était parti de la base aérienne de Nancy-Ochey
@ Copyright :
Rob Schleiffert
Taille du texte Aa Aa

Des débris d'un mirage 2000D, disparu depuis ce mercredi matin 11 heures, ont été retrouvés dans une commune du Jura.

Les recherches s'étaient concentrées autour de Mignovillard, après la disparition d'un Mirage 2000D.

L'avion de chasse était parti de la base aérienne de Nancy-Ochey en Meurthe-et-Moselle avec à son bord deux militaires. Le contact radio et radar a été perdu alors qu'il survolait une zone montagneuse, à la limite du Doubs et du Jura.

[FLASH] Le fait étant largement diffusé dans la presse, un mirage 2000D biplace en provenance de la base aérienne 133...

Publiée par Gendarmerie du Jura sur Mercredi 9 janvier 2019

Les recherches ont été rendues difficiles en raison des conditions météorologiques, notamment de la neige et d'une faible visibilité. Selon le quotidien, L'Est Républicain, une carte et un tissu figurent parmi les débris retrouvés à 1 050 mètres d'altitude. "On a trouvé du tissu qui ressemble à un parachute", a confirmé le colonel Duvivier. "Mais il est trop tôt pour dire s'il s'agit d'un parachute de l'équipage ou de l'appareil", a-t-il ajouté.

Les autorités sont toujours sans nouvelle des deux membres d'équipage. "Nous espérons que nous allons les retrouver vivants. Ils sont à ce stade portés disparus", a déclaré le porte-parole de l'armée de l'Air, le colonel Cyrille Duvivier, lors d'une conférence de presse à Paris.

Aucune des balises, placées sur le siège éjectable, n'ont été activées. Elles sont censées se déclencher automatiquement lors de l'éjection ou dès que les pilotes arrivent au sol. Ces balises permettent aux militaires d'être localisés.

Un peu avant midi, le préfet du Doubs avait déclenché le plan Sauvetage aéro-terrestre (Sater) qui encadre la recherche "d'un aéronef qui aurait pu se poser ou tomber".

Le mirage était non armé

Ce mirage 2000 "était non armé et ne disposait pas d'un réservoir supplémentaire", avait assuré la préfecture en fin de matinée. L'appareil effectuait "un vol d'entraînement aux missions en basse altitude", a indiqué l'Armée de l'air dans un communiqué.

Le dernier accident mortel dont a été victime l'Armée française remonte au 1er mars 2011. Ce jour-là, le pilote et le navigateur d'un mirage 2000, basé à Luxueil-les-Bains (Haute-Saône), s'étaient tués dans le crash de leur avion dans la Creuse.