DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L2 - Sochaux: le président chinois tente de rassurer, se dit sûr du maintien

Taille du texte Aa Aa

Le controversé président chinois de Sochaux (L2), Li Wing Sang, s'est voulu rassurant mercredi quant à l'avenir de son club, sous le coup d'une rétrogradation administrative à titre conservatoire de la DNCG, le gendarme financier du foot français.

"Vais-je apporter de l'argent ? Oui. C'est notre société qui va compenser le déficit car on ne peut pas miser seulement sur les transferts. Je ne suis pas inquiet sur ce point", a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse organisée au stade Auguste-Bonal.

Sur un ton extrêmement sérieux et avec la volonté affichée de convaincre, sans toujours y parvenir, le président du FCSM, très discret dans les médias depuis le rachat du club à Peugeot en juillet 2015, a balayé toute l'actualité du club.

Li Wing Sang, propriétaire du groupe Tech Pro, a réaffirmé son attachement au club, sans pour autant fermer la porte à une vente lors de cette conférence de presse, sa deuxième seulement en trois ans et demi.

"Je ne souhaite pas vendre le club. Après, si quelqu'un a envie d'investir ou de racheter des parts du club, je suis ouvert à la discussion", a-t-il expliqué. "J'ai été contacté en ce sens par une dizaine d'entreprises, mais aucune ne m'a satisfait sur les deux conditions indispensables à l'ouverture des négociations: sa capacité bancaire et un projet sportif sur trois ans".

- Seul maître à bord -

Le dirigeant chinois a également confirmé la fin du partenariat avec le groupe espagnol Baskonia Alavés, auquel il avait confié la gestion du FCSM pour trois ans l'été dernier.

"Baskonia a démontré ses qualités en matière de gestion sportive et financière. Mais à cause de la différence culturelle, le résultat n'est pas à la hauteur de nos espérances et on a changé la convention. Il n'y a plus de contrat avec eux", a souligné Li Wing Sang, qui redevient donc seul maître à bord.

Sochaux, qui vit sa cinquième saison consécutive en Ligue 2, pointe en effet à une inquiétante 16e place, avec trois longueurs d'avance sur le barragiste, Valenciennes, chez qui il se déplace vendredi.

Sur le volet sportif, le président du FC Sochaux-Montbéliard a annoncé travailler sur une vingtaine de dossiers et espère finaliser durant le mercato quatre à six arrivées, et autant de départs, pour renforcer un effectif très jeune (22 ans de moyenne d'âge) dans lequel il dit avoir toute confiance.

"Nous avons beaucoup de potentiel. Pas assez pour jouer les trois premières places du classement, mais suffisamment pour figurer en milieu de tableau. C'est mon sentiment. Est-ce que je resterai en cas de descente sportive ? Je ne peux pas vous répondre car je suis certain à 100% que nous allons nous maintenir", a-t-il lâché.

Interrogé sur la santé de son entreprise, dont le titre est suspendu depuis juillet 2017 à la bourse de Honk-Hong, M. Li a affiché la même assurance. "Nous travaillons pour rétablir la situation. Cela prendra un peu de temps car c'est un long processus, mais je suis extrêmement confiant".

En conclusion, le président sochalien a insisté sur son attachement au FCSM: "Je comprends que je ne fasse pas l'unanimité, mais je peux vous affirmer que je donne tout pour ce club".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.