Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Algérie: décès du président du Conseil constitutionnel

Algérie: décès du président du Conseil constitutionnel
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le président du Conseil constitutionnel algérien, Mourad Medelci, est décédé lundi à Alger, à l‘âge de 76 ans, des suites d’une longue maladie, a annoncé l’agence de presse APS.

Le décès de M. Medelci, en poste depuis septembre 2013, intervient à moins de trois mois de l‘élection présidentielle du 18 avril, dont il était censé valider les candidatures et annoncer les résultats définitifs.

De juin 2007 à sa nomination à la tête du Conseil Constitutionnel six ans plus tard, Mourad Medelci avait occupé le poste de ministre des Affaires étrangères.

En Algérie, le Conseil constitutionnel est composé de 12 membres: quatre désignés par le président de la République dont le président et le vice-président, deux élus par l’Assemblée populaire nationale, deux élus par le Conseil de la Nation (Sénat), deux élus par la Cour suprême, et deux élus par le Conseil d’Etat, selon la Constitution.

Le Conseil doit désormais se réunir autour du vice-président pour “prendre acte” du décès de Mourad Medelci. “Le Président de la République en est immédiatement informé”, selon le site officiel du Conseil.

Les candidats au scrutin du 18 avril ont jusqu’au 3 mars minuit (23H00 GMT) pour déposer leur dossier au Conseil constitutionnel, qui dispose ensuite de dix jours pour statuer sur la validité.

Pressé depuis plusieurs mois par son camp de se présenter, le président Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, au pouvoir depuis 1999, n’a pas encore fait part de ses intentions.

Le général à la retraire Ali Ghediri, 64 ans, a été le premier, après le décret convoquant la présidentielle, à annoncer publiquement sa volonté de se présenter.

Principal adversaire du chef de l’Etat lors des présidentielles de 2004 et 2014 (avec 6,4 et 12,3% des voix), Ali Benflis a pour sa part dit vouloir se présenter, tout en laissant la décision finale à l’Avant-Garde des Libertés, son parti.

Le Mouvement de la Société pour la Paix (MSP), principal parti islamiste qui a quitté la coalition soutenant M. Bouteflika, a de son côté décidé samedi de présenter son président Abderrazak Makri. Le MSP dispose du nombre d‘élus nécessaires pour parrainer cette candidature.

La loi oblige les postulants à recueillir 60.000 parrainages d‘électeurs répartis à travers au moins 25 wilayas (départements) ou 600 parrainages d‘élus pour pouvoir se présenter au scrutin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.