La crise migratoire au cœur du sommet de Nicosie

La crise migratoire au cœur du sommet de Nicosie
Tous droits réservés REUTERS/Yiannis Kourtoglou
Par Laura Cambaud
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les dirigeants des sept pays européens du sud de la Méditerranée ont abordé le cas des 47 migrants présents à bord du navire Sea-Watch 3.

PUBLICITÉ

Les chefs d'Etat français, italien, grec, chypriote, maltais, portugais et espagnol étaient présents à Nicosie.

A cette occasion, Emmanuel Macron s'est exprimé sur la situation du Sea-Watch 3. Ce navire humanitaire est bloqué près de l'Italie depuis dix jours. Le Président plaide pour un partage de la prise en charge des migrants

"Au moment où nous parlons, un navire, le Sea-Watch 3, se trouve à proximité de la Sicile avec 47 migrants à bord, a affirmé Emmanuel Macron. Nous l'avons évoqué avec le Premier ministre italien, je pense que cette solidarité dont nous parlons doit être appliquée de manière concrète, pleine et entière."

Trouver des mécanismes de répartition

Rome a également insisté sur le défi migratoire. "C'est un cas qui montre qu'il est impossible de gérer ce phénomène avec les mécanismes européens en place. Mais je saisis cette occasion pour remercier les pays amis qui ont accepté et permis cette répartition des migrants."

A l'issue du sommet, Ces sept pays européens du sud ont rendu une déclaration finale. Ils ont réaffirmé la nécessité de mettre en place des mécanismes de répartition des personnes ayant droit à l'asile.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Navire Sea-Watch : "Dix-huit jours que nous sommes otages en mer"

Le Sea-Watch cherche un port en Méditerranée

Grèce : Stefanos Kasselakis, un ancien banquier de Goldman Sachs à la tête de Syriza