Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Six mois après le Mondial, les nouveaux stades russes font le plein

L'intérieur du Spartak Stadium, le 23 mai 2018
L'intérieur du Spartak Stadium, le 23 mai 2018 -
Tous droits réservés
Mladen ANTONOV
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Nombreux étaient ceux qui pensaient que l’effet “Coupe du monde” ne durerait pas. Puis il a fallu se rendre à l‘évidence: six mois après le Mondial-2018, les stades construits en Russie pour la compétition affichent des taux de fréquentation étonnants.

Plus de 22.000 spectateurs de moyenne à Volgograd. Un tout petit peu moins de 20.000 à Nijni Novgorod et presque 15.000 à Saransk: pour ces trois clubs de deuxième division, la saison 2018-2019 est celle de tous les records.

Leur point commun: disposer d’un des sept nouveaux stades construits ou totalement rénovés pour la Coupe du monde 2018. En première division, le contraste avec les saisons précédentes est moins saisissant mais à la trêve, Rostov s’est hissé sur le podium des meilleures affluences du pays avec 30.244 spectateurs par match.

L’actuel 7e du championnat russe reste loin derrière le Zenit Saint-Pétersbourg, 50.000 fidèles en moyenne depuis l’inauguration en 2017 de l’immense Gazprom Arena, mais il talonne en terme d’affluence le club le plus populaire du pays, le Spartak Moscou.

A la trêve, l’affluence moyenne en première division a augmenté de 30% par rapport à la saison passé pour s‘établir à 17.000 spectateurs par match.

Et depuis le début de la saison, les médias russes se délectent d’images d’enceintes modernes et remplies qui contrastent avec le cliché du stade soviétique ouvert aux quatre vents et feraient presque oublier la tristesse actuelle du championnat russe, pauvre en buts et sans résultats en coupe d’Europe.

Fin août, plus de 31.000 personnes ont pris place dans le stade de Nijni Novogorod pour voir l‘équipe locale être battue par l’Avangard Koursk, un record pour la saison en deuxième division.

“Aujourd’hui, le football de façon générale, en particulier à Nijni Novgorod, est devenu très populaire”, se réjouit Alexeï Rokotov, journaliste sportif dans cette ville d’un million d’habitants située 400 kilomètres à l’est de Moscou. “Tous ne sont pas des supporters. Les gens veulent réellement passer du temps au stade, il n’est pas loin du centre, c’est une sortie comme une autre”.

Ils profitent aussi de places vendues à des prix très attractifs, de 200 à 400 roubles (2,5 à 5 euros) à Nijni Novgorod.

- Déménagement de club /p>

Eviter les “éléphants blancs”, ces stades abandonnés après les grandes compétitions, était un objectif majeur de la Russie pour le Mondial-2018, quatre ans après des Jeux olympiques de Sotchi critiqués pour leur coût.

Pas étonnant donc, dans un football russe dépendant essentiellement des ressources de l’Etat, que tout ait été fait pour que les stades du Mondial-2018 hébergent des clubs de haut niveau. “En Russie, le football ne peut pas rester en dehors de la politique”, note Kirill Koulakov, directeur de la faculté de Management du Sport à l‘école de commerce RMA de Moscou.

A Nijni Novgorod, le club a été sauvé du dépôt de bilan par les autorités locales, qui aimeraient le voir monter en première division rapidement. Pour cela, le gouverneur de la région, Gleb Nikitine, promettait en octobre, cité par l’agence TASS, des baisses d’impôt pour les entreprises qui soutiennent le club.

Pour occuper le stade Fisht de Sotchi, les autorités ont été jusqu‘à déménager un club. Coincé à l’ombre du Zenit, le modeste Dynamo Saint-Pétersbourg a échangé les rives glaciales de la Baltique pour le climat subtropical de la station balnéaire du bord de la mer Noire. Il est devenu cette saison le FK Sotchi, pensionnaire de deuxième division.

Mais gagner le soutien populaire n’est pas si facile: les affluences dépassent rarement les 2.000 spectateurs dans le grand stade Fisht de 47.000 places.

Coûts d’exploitation –

Remplir les stades est une chose, payer pour leur entretien en est une autre, qui donne des sueurs froides à certaines régions russes à l‘économie exsangue.

“Le plan initial, c‘était que les stades soient remis aux autorités régionales ou municipales puis privatisés, s’il y a une demande en ce sens du club local”, explique Kirill Koulakov.

La plupart des régions freinent des quatre fers pour retarder le moment où il leur faudra prendre en charge l’exploitation, estimée entre 2,6 à 3,9 millions d’euros par an et pour chaque stade et amenée à augmenter. Propriété de l’Etat fédéral russe, les stades auraient dû être transférées aux régions avant la fin 2018 mais le ministre russe des Sports Pavel Kolobkov a annoncé en décembre que ce transfert n’aura finalement lieu qu’au mois de juin.

“Pour certaines régions, qui n’ont pas de club en première division, ils se remuent les méninges parce que les stades ont été construits à la hâte, sans penser à l’après-Mondial”, explique Kirill Koulakov.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.