Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Venezuela : les Etats-Unis disent soutenir Juan Guaido "à 100%"

Venezuela : les Etats-Unis disent soutenir Juan Guaido "à 100%"
Tous droits réservés
Nicolas Galeanoo/Colombian Presidency/Handout via REUTERS
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les pays membres du groupe de Lima ont mis un peu plus la pression sur le gouvernement de Nicolás Maduro au Venezuela.

Ils étaient réunis ce lundi à Bogota en Colombie, en présence de l'opposant Juan Guaido et le vice-président américain Mike Pence.

REUTERS/Luisa Gonzalez

« Les événements tragiques de ce week-end n'ont fait que renforcer la détermination des États-Unis à se tenir à vos côtés, de défendre les peuples épris de liberté et le Venezuela jusqu'à ce que la démocratie et la liberté soient restaurées. Et vous, président Guaido, un message très simple du président Trump : nous sommes à vos côtés à 100%. » Mike Pence, vice-président américain.

De son côté, le président auto-proclamé du Venezuela, Juan Guaido a demandé aux participants à cette rencontre de se montrer fermes envers Nicolás Maduro. "Être permissifs avec l'usurpation du pouvoir serait une menace pour tout le continent américain", a-t-il lancé.

« Ce n'est pas un dilemme entre démocratie et dictature : c'est la démocratie qui doit prévaloir. Ils ont voulu montrer que c'était un dilemme entre la guerre et la paix. Il n'y a pas de dilemme entre guerre et paix : c'est la paix qui doit prévaloir, c'est la protection des citoyens qui doit prévaloir. » Juan Guaio, président auto-proclamé du Venezuela

Si tous disent vouloir avant tout une solution pacifique, certains, dont les Etats-Unis, n'excluent pas l'usage de la force pour déloger Nicolás Maduro.

Ce week-end, la tension s'est cristallisée autour des camions d'aide humanitaire que Juan Guaido souhaitait faire entrer sur le territoire depuis la Colombie voisine. Mais le gouvernement Maduro s'y est opposé. Les heurts ont fait au moins deux morts (voir ici).

- avec AFP -