DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La disgrâce du cardinal australien Pell : 6 ans de prison pour pédophilie

La disgrâce du cardinal australien Pell : 6 ans de prison pour pédophilie
Taille du texte Aa Aa

Dieu ne l'a peut-être pas tout à fait abandonné mais il a confié son sort à la justice des hommes. Cette dernière a été moins sévère à l'encontre du cardinal George Pell (ci-dessous) que ses victimes ne l'espéraient, mais le prélat australien a toutefois été condamné ce mercredi à six ans de prison pour viol et attentats à la pudeur sur deux enfants de choeur, âgés chacun de 13 ans au moment des faits. Il a été jugé coupable d'avoir abusé d'eux en 1996, protégé par les murs de la sacristie, au sein de la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne.

Le juge de Melbourne, Peter Kidd, a indiqué dans sa sentence que ces crimes étaient "éhontés, odieux". Il n'a pas caché au cardinal qu'il pourrait "ne pas vivre assez longtemps pour sortir de prison".George Pell, âgé de 77 ans, s'en tire relativement bien puisqu'il risquait jusqu'à 50 ans de réclusion. En tout cas, aucune libération conditionnelle ne sera acceptée avant fin 2022, ce qui fait qu'il devra rester en détention au moins trois ans et demi.

Il continue de clamer son innocence - interrogé par la police à Rome en 2016, il avait même qualifié les accusations de "tas d'inepties absolues" -, et ses avocats ont fait appel. Ses victimes ou leurs familles ont dit leur déception face à une condamnation clémente. "Je ne connais pas le repos", a déclaré le seul plaignant encore en vie, expliquant que "l'ombre de la procédure d'appel" planait encore.

Des ors du Vatican à la prison

La chute a été aussi brutale que fulgurante pour le cardinal, après une ascension constante et sans faute jusqu'à présent. Dès que Pell a été jugé coupable, en décembre dernier, le pape François l'a écarté, ce qui a fait trembler les murs du Vatican car l'archevêque était quand même le numéro trois du Saint-Siège en tant que grand argentier.

Il avait été nommé Secrétaire à l'Economie en février 2014, moins d'un an après être entré dans un conseil de neuf cardinaux chargé de réformer la Curie. Il avait été spécialement choisi pour "faire le ménage" en mettant enfin les services du Vatican à des normes internationales plus strictes et plus transparentes. Mais il n'avait pas vu venir une autre "révolution" au sein de l'Eglise catholique, sa confession générale sur les actes pédophiles qu'ont perpétré nombre de ses prêtres depuis des décennies dans le monde entier.

En pleine tempête, George Pell garde des adeptes en Australie où il restait le porte-drapeau d'une Eglise conservatrice, traditionaliste et volontiers moralisatrice. Chaque fois que l'occasion se présentait, il disait ouvertement son hostilité au mariage homosexuel, à l'euthanasie, et défendait la politique controversée du pouvoir australien visant à éloigner les migrants de son territoire, y compris les demandeurs d'asile.

Commentaire TV de Julien Pavy