DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un parti australien d'extrême droite a sollicité un don de la NRA (Al Jazeera)

Un parti australien d'extrême droite a sollicité un don de la NRA (Al Jazeera)
Taille du texte Aa Aa

Le parti australien d'extrême droite One Nation a cherché à obtenir des dons de la National Riffle Association (NRA), le lobby américain des armes, selon une enquête réalisée par Al Jazeera.

Des enregistrements en caméra cachée diffusés par la chaîne qatarie mardi montrent des responsables du parti en train de chercher à obtenir entre 10 et 20 millions de dollars de dons du puissant lobby, vraisemblablement en contrepartie d'une campagne pour demander à assouplir la législation australienne sur les armes.

Dans cette enquête, un journaliste d'Al Jazeera s'est fait passer pour un lobbyiste spécialisé dans les armes. La chaîne a ainsi filmé une rencontre en septembre entre le directeur de cabinet de la sénatrice populiste et anti-immigration Pauline Hanson, James Ashby, le chef du parti dans l'Etat du Queensland (nord-est), Steve Dickson, et des responsables de la NRA à Washington.

Sur ces vidéos, on entend M. Ashby expliquer qu'il souhaite un soutien politique, un accès aux logiciels de la NRA qui aident à cibler l'électorat, ainsi que des fonds.

"Si la NRA veut compter ses soutiens en Australie, c'est une façon de commencer", déclare-t-il. "Deux, j'adorerais mettre la main sur leurs logiciels. Et trois, s'ils peuvent nous aider avec les dons, c'est super".

M. Ashby explique que 10 millions de dollars de dons permettraient à One Nation d'obtenir huit sièges au Sénat, la chambre haute du Parlement, ce qui donnerait au parti suffisamment d'influence pour peser sur le processus législatif.

One Nation n'a pour l'heure que deux sièges au Sénat, dont un occupé par Mme Hanson, sa fondatrice.

De son côté, Lars Dalseide, un responsable de la NRA, propose les conseils du lobby sur la manière de réagir aux tueries de masse, dans l'optique d'éviter un contrôle des armes plus restrictif.

Dans la foulée de la diffusion de l'enquête d'Al Jazeera, des voix se sont élevées pour demander une enquête devant déterminer si les responsables de One Nation n'ont pas enfreint les lois contre les ingérences étrangères dans les affaires politiques australiennes.

"Les informations selon lesquelles des hauts responsables de One Nation ont cherché à obtenir des dons depuis l'étranger à leur parti, de la part du lobby américain des armes, pour influencer nos élections et saper notre législation sur les armes, est profondément préoccupante", a écrit sur Twitter le Premier ministre australien Scott Morrison.

Dans un communiqué transmis aux médias australiens, M. Ashby a accusé Al Jazeera d'être "l'organe de propagande, contrôlé par l'Etat, du gouvernement qatari". Son parti, a-t-il indiqué, a saisi la police et les services de renseignement pour savoir si Al Jazeera cherche à influencer la vie politique australienne depuis l'étranger.

Un Australien de 28 ans qui se revendique comme "fasciste", Brenton Tarrant, est incarcéré en Nouvelle-Zélande pour le massacre de 50 fidèles dans deux mosquées de Christchurch le 15 mars, commis avec des armes détenues légalement.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.