Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

À Madagascar, la lutte contre la malnutrition continue

À Madagascar, la lutte contre la malnutrition continue
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

En marge d'une édition d'Aid Zone à Madagascar sur le travail mené avec le soutien de l'Union européenne par le Programme alimentaire mondial et l'UNICEF dans la lutte contre la malnutrition qui sévit encore sur place à la suite de plusieurs années de sécheresse, nous découvrons le fonctionnement d'un centre de soins du sud du pays.

Dans le sud de Madagascar, la sécheresse a sévèrement affecté la population. Une fois par semaine, des dizaines de mères amènent en consultation au centre de santé de Nikoly, leurs bébés qui souffrent de malnutrition. Un infirmier est sur place pour les prendre en charge.

Marie-Claude Désilets, représentante de l'UNICEF, nous explique le contexte : "Dans le sud de Madagascar, c'est vraiment une insécurité alimentaire chronique qui dure depuis plusieurs années et à chaque saison, on voit des pics d’insécurité alimentaire qui sont un peu plus forts selon les années et ça fait déjà plusieurs années de suite où les pics sont très intenses. Ce qui fait que les ménages n’ont plus la capacité de résister aux chocs : ils ont vendu leurs biens, leur bétail et leur morceau de terre et même pour certains, leurs casseroles pour cuisiner," fait-elle remarquer avant d'ajouter : "Donc on a affaire à une population très vulnérable qui a besoin de soutien pour continuer et gérer sa vie quotidienne."

"Quand je ne trouve rien, mon bébé ne mange pas"

L'UNICEF, financé par le service de la Commission européenne à l'aide humanitaire, soutient tous les centres de santé situés dans les huit districts du sud de Madagascar, ceux qui ont été les plus affectés par la sécheresse.

L'une des bénéficiaires du centre de soins précise, son bébé très maigre dans ses bras : "On n'a pas d'argent pour acheter à manger. Je donne à mon bébé la moindre chose que je peux trouver, mais quand je ne trouve rien, il ne mange pas," dit-elle.

Traitement alimentaire et médical

Marie-Claude Désilets précise la nature de l'assistance fournie : "Pour le traitement, on offre par exemple des aliments thérapeutiques qui sont prêts à consommer qui sont déjà en sachet que les ménages n'ont pas besoin de préparer avec des antibiotiques. Et l'enfant vient chaque semaine pendant huit semaines environ pour recevoir son traitement et aussi un diagnostic médical pour s'assurer qu'il n'a pas des complications," indique-t-elle.

Dans le sud de Madagascar, l'organisation onusienne a apporté son soutien à environ 14.000 enfants sur les 25.000 recensés qui ont besoin d'une aide de ce type.