Venezuela : le FMI contraint d'attendre

Venezuela : le FMI contraint d'attendre
Tous droits réservés Reuters
Par Anne-Lise Fantino
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'organisation doit se conformer au choix de ses membres, mais les pays occidentaux envisagent un programme d'investissement pour soutenir le pays si un nouvel exécutif est mis en place.

PUBLICITÉ

Au Venezuela, Nicolas Maduro compte étoffer ses troupes : le chef de l'Etat en exercice a ordonné le développement de la milice pro-gouvernementale, pour la faire passer selon lui de deux à trois millions de civils d'ici la fin de l'année. Une milice vouée à prêter main forte à l'armée, qui reste jusqu'ici acquise à sa cause, et qu'il a appelé à s'impliquer dans la production agricole.

L'hériter du chavisme, décidé à ne pas céder sa place, espère ainsi contrer l'influence de Juan Guaido, qui continue de progresser.

Celui qui s'est autoproclamé président par intérim du pays en janvier s'est rendu dans les régions les plus touchées par les coupures d'électricité. S'il est reconnu par de nombreux pays occidentaux comme dirigeant légitime, le FMI, pour l'instant, ne peut offrir son aide et s'en tient à la loi de la majorité.

"Nous ne pouvons que suivre le choix des pays membres", indique Christine Lagarde, directrice générale du FMI. "Il ne s'agit donc pas pour nous de décider, il faut qu'une large majorité des membres reconnaissent diplomatiquement les autorités qu'ils considèrent comme légitimes".

Un programme d'aide de 10 milliards de dollars est à l'étude pour aider le Venezuela, lorsqu'un nouveau gouvernement sera mis en place.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Venezuela : reprise du contrôle d'une prison sous la coupe d'un gang

Venezuela : Nicolas Maduro mobilise son armée après l'arrivée d'un navire de guerre britannique

L'Espagne accueille des réfugiés venus d'Amérique latine