DERNIERE MINUTE

Sur la route des Européennes : étape à Plovdiv, en Bulgarie

Sur la route des Européennes : étape à Plovdiv, en Bulgarie
Taille du texte Aa Aa

À quelques jours du scrutin européen, notre équipe fait une halte à Plovdiv en Bulgarie. La ville a été désignée capitale européenne de la culture 2019, conjointement avec Matera (Italie). L'occasion pour Euronews de recueillir les impressions de la jeunesse du pays le plus pauvre de l'UE.

Nous installons notre canapé rouge au milieu du théâtre antique romain de Plovdiv. Ce lieu emblématique domine la ville bulgare depuis 2000 ans. Todor Anastasov, un jeune bénévole de 22 ans évoque le futur de son pays :

"Je pense que mon avenir en tant que Bulgare ne peut que s'améliorer, car nous avons plus de choix, nous avons plus de pouvoir pour changer les choses que nous voulons" indique-t-il, en estimant que les élections européennes sont une excellente opportunité pour son pays. "J_e pense que les élections européennes sont un moment très important pour l'Europe, car elles nous donnent une chance d'améliorer les choses ou de les changer d'une manière ou d'une autre. Et personnellement, je vais voter, c'est certains, et je vais inviter tous mes amis à voter aussi. Beaucoup de gens, en Bulgarie, pensent à quitter le pays. Et beaucoup le font. Mais j'aime vraiment mon pays, je n'ai pas envie de le quitter_".

Antonia Kalpakchieva, 16 ans, évoque les difficultés du marché du travail : "j'étudie au lycée français. Je trouve qu'il est très difficile de trouver un emploi ici, car les employeurs exigent que vous ayez déjà de l'expérience. Mais vous ne pouvez pas parce que vous venez d'obtenir votre diplôme" déclare-t-elle.

Pour Franz Kadiri, qui s'occupe bénévolement de la coordination de la fondation Plovdiv 2019, le fait d'être Bulgare est une fierté : "je ne me considère pas comme une personne qui subit les inconvénients d'être Bulgare".

Pour Hristo, 24 ans, l'Europe est synonyme de solidarité. "Être européen, ça signifie non seulement se soucier de sa propre société, mais aussi d'être un citoyen du monde. Et de ne pas se soucier que de votre société et de vos problèmes , mais aussi de se soucier d’autres sociétés et de leurs problèmes".

Malgré les bas salaires, et un marché du travail peu dynamique, la jeunesse du pays le plus pauvre de l'Union européenne, fait preuve d'optimisme pour son avenir. Un avenir qu'elle considère intimement lié à l'Europe.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.