Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.

DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Appels de responsables européens à contrer le vote nationaliste

Appels de responsables européens à contrer le vote nationaliste
Tous droits réservés
REUTERS/Stringer
Taille du texte Aa Aa

Ils sourient pour la photo mais c'est avec appréhension qu'ils attendent les élections européennes… Le Parti populaire européen s'est réuni à Zagreb et a saisi l'occasion d'appeler une nouvelle fois à contrer les eurosceptiques.

« Les populistes ne sont pas la solution pour l'Europe, et cela devient de plus en plus évident avec tous les événements auxquels nous assistons, a déclaréManfred Weber, le candidat du PPE à la présidence de la Commission européenne_. Ce à quoi je fais allusion, ce n'est pas tant la question autrichienne mais plutôt ce que l'on a vu à Milan. »_

Si l'extrême droite autrichienne est en effet éclaboussée par un scandale qui a fait chuter la coalition avec les conservateurs, l'unité des nationalistes s'est affichée à Milan autour de Matteo Salvini.

Jusque-là très discrète dans la campagne pour les européennes, Angela Merkel a elle aussi mis en garde contre la tentation nationaliste. À en croire les sondages, les conservateurs, première force politique du Parlement européen, pourraient bien perdre une trentaine d'élus.

« Nos valeurs communes impliquent que nous soyons fiers de nos pays d'origine mais qu'en même temps nous souhaitions construire l'Europe, a souligné à Zagreb la chancelière allemande_. Le patriotisme et l'Union européenne ne sont pas antinomiques. Mais le nationalisme est l'ennemi du projet européen. Et mes chers amis, c'est ce que nous devons dire clairement durant ces derniers jours avant les élections européennes. »_

À Varsovie, c'est une grande marche pour l'Europe qui a été organisée par une coalition rassemblant divers partis d'opposition polonais. Dans ce pays dirigé depuis 2015 par les nationalistes du parti Droit et Justice, le président du Conseil européen Donald Tusk a mis tout son poids dans la balance.

« En votant pour l'Europe et pour une Pologne forte en Europe, vous votez aussi pour une Pologne libre et démocratique, sans coercition et sans mépris pour les autres, a-t-il assuré. C'est aujourd'hui la meilleure façon de garantir une Pologne libre et sûre. Et c'est entre vos mains. »

Pro-européens contre nationalistes et populistes… Ainsi va la campagne à quatre jours des premiers votes, certains pays étant appelés aux urnes dès jeudi prochain.