Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Boxe: Wilder foudroie Breazeale dès la première reprise

Boxe: Wilder foudroie Breazeale dès la première reprise
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Il ne fallait pas rater le début du combat entre Deontay Wilder et Dominic Breazeale: le champion WBC des poids lourds de boxe a mis KO son compatriote dès la première reprise avec une droite fulgurante, samedi à New York.

Deux minutes et 17 secondes, c’est le temps que Wilder a passé sur le ring pour signer la 41e victoire de sa carrière, la 40e avant la limite, l’une des plus expéditives; et rappeler au monde entier qu’il était sans doute le meilleur poids lourd en activité.

Alors qu’il restait sur un nul face au Britannique Tyson Fury en décembre dernier à Los Angeles qui avait écorné sa réputation, Wilder a fait taire les critiques.

Arrivé sur le ring coiffé d’une couronne, l’Américain, survolté, a mis rapidement son adversaire en difficultés.

Mais Breazeale a tenté de le surprendre et l’a secoué avec un uppercut et un coup derrière la tête qui lui a valu un avertissement de l’arbitre. Vexé, Wilder a répondu avec un enchaînement gauche-droite qui l’a envoyé au tapis.

Breazeale, sonné, est resté sans bouger quelques secondes et a fini par se relever. Après quelques pas maladroits, l’arbitre a stoppé le combat et Breazeale s’est effondré dans les cordes.

“Tout ce qu’on s’est dit durant les semaines qui ont précédé ce combat est sorti. Il y avait beaucoup d’animosité et de haine entre nous”, a expliqué Wilder qui avait fait polémique avant le combat en déclarant qu’il espérait la mort de son adversaire avec qui il a un contentieux depuis 2017.

- “Aucune porte n’est fermée” –

Mais le champion WBC qui a conservé son titre pour le neuvième fois, comme des légendes de la catégorie-reine avant lui, Joe Frazier, Mohamed Ali, Mike Tyson et Lennox Lewis, a voulu enterrer la hache de guerre.

“C’est la beauté de la boxe. Je lui ai dit (après le combat) que je le respectais. On a réglé nos comptes sur le ring et maintenant on peut passer à autre chose, c’est dommage que tout ne se passe comme cela dans notre monde”, a-t-il déclaré.

Wilder, 33 ans, avait été sommé par la WBC d’affronter Breazeale qui a perdu son deuxième combat pour un titre mondial (20 v-2 d).

Il va maintenant pouvoir se concentrer sur les négociations pour un second combat contre Fury (27 victoires, 1 nul) et le duel très attendu face au Britannique Anthony Joshua 22 victoires en autant de combats), qui détient les titres WBA et IBF.

“Il va y avoir un deuxième combat contre Fury. De même, le combat que tout le monde attend contre Joshua va avoir lieu, les discussions sont en cours, aucune porte n’est fermée”, a-t-il assuré.

“Il y a trop de gens qui parlent et qui négocient, mais ces grands combats vont avoir lieu. Il faut qu’on se retrouve sur un ring pour aplanir nos différends et on verra ce qui se passera”, a conclu Wilder, confiant.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2019 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2019 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.