Méditerranée : WWF appelle à "stopper le torrent de plastiques"

Méditerranée : WWF appelle à "stopper le torrent de plastiques"
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Plastiques en mer : L'ONG WWF tire la sonnette d'alarme, après un rapport sur le pourtour de la Méditerranée. La France est plus gros producteur de déchets plastiques de la zone, l'Egypte, le Monténégro et l'Albanie les plus gros pollueurs.

PUBLICITÉ

Que devient le plastique que nous consommons au quotidien ? L'ONG de défense de la natureWWF tire la sonnette d'alarme dans son rapport annuel, à la veille de la journée mondiale de l'océan. Car c'est en mer qu'il finit le plus souvent sa course.

WWF s'est intéressé aux pourtours de la Méditerranée, et ces 22 pays qui la bordent. Chaque minute, imaginez 34 000 bouteilles jetées dans la mer. C'est l'équivalent du plastique qui s'y déverse chaque année.

Et la France sans être le pays le plus pollueur est celui qui produit le plus de déchets plastiques.

Alors donc, que deviennent-ils ?

Selon WWF, la France a produit 4,5 millions de tonnes de déchets plastiques en 2016, soit 66,6 kg par personne. Si 98% du total ont été collectées, seulement 22% ont été recyclés. Les 2% de déchets plastiques restants génèrent la fuite de 80.000 tonnes de plastique dans la nature, dont 11.200 tonnes finissent leur vie en Méditerranée.

Autour de la Méditerranée, les rejets de déchets diffèrent, jusqu'à plus de 20 kg par an et par personne en Egypte, au Monténégro et en Albanie. La France n'est pas exempte d'un rappel à l'ordre, dans les régions touristiques les déchets plastiques augmentent chaque été.

Premières victimes de cette pollution marine, les poissons et autres cétacés. Ils peuvent ingérer des plastiques et s'étouffer, mais aussi être contaminés via les microplastiques dans leur nourriture. La présence dans l'eau de phtalates, des composés chimiques, présents notamment dans le PVC et les cosmétiques (vernis, laque) sont très volatils et omniprésents dans l'environnement. Même loin de l'homme les animaux sont contaminés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

17e édition de l'initiative citoyenne "Heart Hour"

Unilever veut utiliser moitié moins de plastique neuf d'ici 2025

Mexique : le pays en proie à des feux de fôrets