Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

50 ans après le premier homme sur la Lune : des souvenirs toujours intacts

50 ans après le premier homme sur la Lune : des souvenirs toujours intacts
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Cinquante ans après le premier homme sur la Lune, l'événement continue de susciter l'émotion chez ceux qui l'ont suivi à la télévision à l'époque, mais aussi auprès des plus jeunes qui admirent l'importance de cette mission pour l'humanité.

Le 21 juillet 1969, Neil Armstrong posa le pied sur la Lune et prononça une phrase qui est depuis passée à la postérité : "C’est un petit pas pour l’homme, mais un bond de géant pour l’humanité."

Sur les écrans des premières télévisions, des millions de téléspectateurs partout sur la planète suivirent cet événement, l'un des moments les plus marquants de l'histoire de l'humanité. Tous étaient émerveillés, notamment ceux qui allaient être amenés à diriger le secteur spatial européen.

Jan Wörner, directeur général de l'Agence spatiale européenne (ESA), se souvient : "À l'époque, j'avais 15 ans et on avait une télévision, je suis resté éveillé toute la nuit. J'étais tellement enthousiaste après avoir vu ça que je n'ai pas dormi jusqu'au matin," affirme-t-il.

"Une source d'inspiration"

David Parker, directeur de l'exploration humaine et robotique à l'ESA, renchérit : "Je me souviens très bien de ces alunissages : je les ai vus sur une grosse télévision en noir et blanc dans le hall de mon école. Et cette source d'inspiration, cette période de défi technologique, le premier vol du Concorde et tant de choses par la suite, c'était vraiment passionnant," reconnaît-il.

Pour célébrer les cinquante ans du premier pas sur la Lune, la NASA a restauré la salle de contrôle depuis laquelle les directeurs de vol des missions Apollo suivaient les opérations.

La salle authentique est un lieu de pèlerinage pour leurs successeurs comme Holly Ridings, directrice de vol en chef à la NASA : "Quand j'ai été retenue comme directrice de vol, je m'y suis rendue : je suis allée au Johnson Space Centre, je me suis assise dans la salle et j'ai pensé à l'énorme responsabilité que cela représente de poursuivre la tâche qu'ils avaient entamée," confie-t-elle.

Messages de paix sur la Lune

Apollo inspire aussi les jeunes générations qui ont travaillé sur les missions vers Mars que mène actuellement la NASA telle que Tanya Harrison, planétologue à Planet Labs. "Ce que je préfère dans Apollo 11, c'est le fait qu'ils aient emmené un disque sur lequel étaient gravés des messages de bonne volonté provenant de 70 pays," estime-t-elle. "Cela aurait pu être un événement exclusivement américain, patriotique où l'on aurait dit : 'Nous sommes meilleurs que les Soviétiques' : non, au lieu de cela, ils en ont profité pour aller déposer tous ces messages de paix sur la Lune," se réjouit-elle.

Quant aux astronautes d'aujourd'hui qui décollent vers la Station spatiale internationale, ils mettent Apollo 11 sur un piédestal.

"Je ne sais pas si nous suivons réellement les traces des premiers explorateurs : ce qu'ils ont fait était absolument unique et incroyablement courageux," affirme Luca Parmitano, astronaute de l'ESA, avant d'ajouter : "Peut-être que leur ombre plane sur nous, mais on peut espérer être capable de rendre hommage à leur courage et de contribuer à l'exploration spatiale."

Si cinquante ans plus tard, les images d'archives de l'événement peuvent nous sembler lointaines, l'héritage de ces pionniers reste bel et bien intact.