Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Apollo 11 continue de remplir sa mission scientifique 50 ans après

Apollo 11 continue de remplir sa mission scientifique 50 ans après
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Cinquante ans tout juste après le premier pas de l'homme sur la Lune, le programme Apollo 11 qui a rendu cette prouesse possible perdure au nom de la science.

Chaque jour, sur le plateau de Calern dans le sud de la France, Clément Courde oriente son téléscope vers le site où le module lunaire s'est posé le 20 juillet 1969.

"Depuis 1981, on envoie des impulsions laser sur la Lune et sur le réflecteur déposé par la mission Apollo 11 et par Neil Armstrong et Buzz Aldrin," précise l'ingénieur du CNRS. "Et tous les jours, quand le ciel nous le permet, on mesure cette distance entre notre station et ce réflecteur," précise-t-il.

Mesure la distance de la Terre et la Lune

L'équipe de l'Observatoire de la Côte d'Azur peut mesurer la distance moyenne de 384 000 kilomètres entre la Terre et la Lune à quelques millimètres près.

"On chronomètre : l'impulsion est créée ici," nous montre Clément Courde. "On donne le départ : l'impulsion sort du télescope ; puis elle atteint le réflecteur en 1,2 secondes ; elle est réfléchie et elle remet 1,2 secondes à revenir," décrit-il. "On obtient comme cela, le temps de vol et on en déduit la distance et ça, on le fait 10 fois par seconde," explique l'ingénieur.

Dans ce contexte des cinquante ans de la mission Apollo 11, nous profitons de notre visite sur place pour feuilleter de vieux magazines où l'on peut voir le réflecteur qui a été placé sur la Lune à l'époque.

Clément Courde nous montre ce panneau "déposé maintenant il y a 50 ans. C'est un panneau de 50 cm par 50 cm, équipé de 100 coins de cube et ils fonctionnent depuis 50 ans," s'enthousiasme-t-il.

"Il y a toujours des questions auxquelles on doit essayer de répondre"

Mesurer les légères variations dans les mouvements de la Lune est utile pour étudier sa structure interne et ses interactions avec la Terre.

"On a gagné un facteur trois sur cette estimation et c'est un argument pour montrer que malgré le fait que grâce à ces panneaux déposés il y a cinquante ans, il y a toujours une science qui est réalisée et il y a toujours des questions auxquelles on doit essayer de répondre," souligne l'ingénieur.

"Ce qui est frappant, c'est que l'héritage de la mission Apollo est toujours vivant ici," conclut notre journaliste Jeremy Wilks. "Les scientifiques utilisent ces instruments placés sur la Lune il y a cinquante ans chaque jour, chaque heure et chaque seconde, dès qu'ils le peuvent et ils en tirent un formidable travail scientifique," insiste-t-il.