EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Theresa May met en garde son successeur contre "l'absolutisme intransigeant"

Theresa May met en garde son successeur contre "l'absolutisme intransigeant"
Tous droits réservés Reuters
Tous droits réservés Reuters
Par Sandrine Delorme avec AFP, Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un conseil à suivre notamment dans le cadre du Brexit... Dans moins d'une semaine, Theresa May laissera sa place à la tête du Royaume-Uni et du parti conservateur à Boris Johnson ou Jeremy Hunt.

PUBLICITÉ

Theresa May a lancé un avertissement à son successeur au gouvernement.

Alors que la course à la direction du parti conservateur et du Royaume-Uni entre dans sa phase finale, et que les deux candidats se disent prêts à quitter l'Union européenne sans accord, Theresa May a mis en garde contre l'absolutisme intransigeant lors de son dernier discours en tant que Première ministre :

"Aujourd'hui l'incapacité à combiner principes et pragmatisme et à faire un compromis quand il s'avère nécessaire semble conduire l'ensemble du discours politique sur la mauvaise voie. Cela a mené à une certaine forme d'absolutisme. Certains croient que si vous affirmez simplement votre point de vue assez fort et assez longtemps, vous parviendrez à vos fins, ou certains croient que mobiliser votre propre faction est plus important que d'amener les autres à vous." (...) "Les mots ont des conséquences, et mal choisis et incontestés, ces mots sont la première étape vers des actions quasi-systématiquement nocives."

Theresa May a admis que son discours n'avait pas non plus été parfait et évoqué une nouvelle fois son plus grand regret, à savoir ne pas avoir pu conduire le Brexit à son terme.

Dans moins d'une semaine, elle laissera sa place à Boris Johnson ou Jeremy Hunt. 

Une dernière fois avant le vote final, hier soir, à Londres, les deux candidats au poste de chef du gouvernement ont répondu aux questions des militants conservateurs sur le Brexit. Le favori Boris Johnson a laissé entendre que l'Union européenne porterait une part de responsabilité en cas de "no deal".

Les craintes entourant le scénario d'une sortie de l'Union européenne sans accord ont encore fait chuter la livre sterling.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Royaume-Uni cherche à rétablir ses relations avec l'UE

Nigel Farage fait volte-face et se présente aux élections britanniques

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service