Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Von der Leyen et Macron, un tandem pour "une Europe forte et unie »

Von der Leyen et Macron, un tandem pour "une Europe forte et unie »
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La nouvelle présidente de la Commission européenne Ursula Von der Leyen a mené sa première visite officielle ce mardi. Elle a rencontré le président français Emmanuel Macron. Les deux dirigeants ont notamment parlé de la nomination à venir du futur commissaire français.

Le combat d’Ursula von der Leyen contre le réchauffement climatique commence à Paris. Elle a insisté sur l’importance d’aligner les politiques environnementales et autres politiques européennes. Mais elle devra aussi résoudre la question de la composition de la commission. Et cela s'annonce comme un véritable puzzle politique. C'est pourquoi elle aura besoin du soutien d'Emmanuel Macron.

"Cette nouvelle page, c’est celle d’une ambition que nos concitoyens ont voulu en s’exprimant en mai dernier et que vous avez porté avec force dans le discours que vous avez mené devant le Parlement européen et qui sera l’armature de votre projet dans lequel je dois le dire, je me retrouve pleinement , tout comme la France », clame le président français Emmanuel Macron.

"Nous sommes tous les deux d'accord que nous travaillons pour une Europe forte et unie, pour une Europe ambitieuse en ce qui concerne le climat, le numérique, l'économie, la croissance, mais aussi la défense et la sécurité", affirme Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne.

Son succès parlementaire modéré, Ursula von der Leyen le doit au fait qu'elle ait repris dans son discours de nombreux éléments de l'agenda européen du président Emmanuel Macron, comme l'agenda vert.

"C’est bien, je pense, qu’elle a dit qu’elle était ouverte à une extension (au délais du Brexit), mais je ne pense pas qu’elle sera très différente de son prédécesseur, peut-être que le départ de Martin Selmayr sera un facteur positif parce qu'il était assez belliqueux », analyse Pieter Cleppe d'Open Europe.

Le secrétaire général sortant, Selmayr, est souvent considéré comme l’auteur des politiques les plus controversées de la Commission Juncker.

Le précédent exécutif européen menait une ligne dure sur le Brexit, alors que von der Leyen semble vouloir adopter une position plus douce et pragmatique à l’égard de Londres.