Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Mort de Steve : polémiques après les déclarations d'Edouard Philippe

Mort de Steve : polémiques après les déclarations d'Edouard Philippe
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Depuis le perron de Matignon, Edouard Philippe a tenu mardi à affirmer en personne que le rapport de l'IGPN n'établissait "pas de lien" entre l'intervention des forces de l'ordre et la disparition de Steve Maia Caniço lors de la Fête de la musique à Nantes le 21 juin, tout en saisissant l'inspection générale de l'administration (IGA) afin d'"aller plus loin".

Témoignant de l'émotion provoquée par la disparition du jeune animateur périscolaire de 24 ans, le Premier ministre Edouard Philippe a fait une déclaration dans la cour de Matignon, aux côtés du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, pour assurer de la "volonté de transparence totale" des autorités sur cette affaire.

Il a reconnu que "plus de cinq semaines après les faits, le déroulement de cette soirée, l'enchaînement des faits, restent confus" et que plusieurs interrogations restaient en suspens après l'identification mardi du corps de Steve Maia Caniço, repêché lundi dans la Loire.

Il a annoncé la saisie de "_l'inspection générale de l'administration pour aller plus loin et comprendre les conditions d'organisation de l'événement par les pouvoirs publics, mairie et préfecture, ainsi que les organisateurs privé_s".

Une bonne initiative Samuel Raymond, coordinateur de l'association FreeForm, qui accompagne partout en France les jeunes organisateurs de rassemblements festifs : "Tout ce qui participe à la manifestation de la vérité dans ce dossier est une bonne chose donc cela va dans le bon sens. Après ce qui nous étonne c'est le fait d'affirmer de manière péremptoire que l'intervention policière n'a pas créée quoi que ce soit comme troubles ou problèmes auprès du public alors que l'on a de nombreux témoignages de jeunes qui expliquent qu'ils ont été aveuglés par des gaz lacrymogènes, qu'ils ont marché et que du coup ils sont partis et qu'ils sont tombés dans l'eau".

"Le décès de Steve Maia Caniço est un drame qui nous touche tous", a déclaré M. Philippe. Le jeune homme n'avait plus donné de signe de vie depuis qu'il s'était rendu avec des amis à la Fête de la musique le 21 juin sur les rives du fleuve à Nantes. Ce concert s'était conclu par une intervention controversée des forces de l'ordre.

Mais, selon le Premier ministre, le rapport de l'Inspection générale de la police n'établit pas "de lien" entre cette intervention "et la disparition de Steve Maia Caniço".

Ce rapport devait être rendu public d'ici la fin de la journée tandis que, sur le plan judiciaire, le parquet de Nantes a ouvert une information judiciaire "contre X" pour "homicide involontaire".

Les déclarations d'Edouard Philippe font aujourd'hui polémique, notamment du côté de l'opposition

Le chef de file de La France Insoumise Jean-Luc Mélenchon a fustigé le "régime macroniste qui a ouvert le cycle des violences et de la politisation de la police et de la justice" avec les ministres "Castaner et Belloubet, les bras ballants, toujours prêts à justifier n'importe quoi"s’est dit convaincu qu'"il n'y aura pas de justice rendue".

Sandra Regol, porte-parole d'EELV, a pour sa part critiqué l'"acharnement" du pouvoir contre la jeunesse, en rappelant notamment l'image d'adolescents à genoux après l'interpellation fin 2018 de 151 jeunes en marge d'une mobilisation lycéenne à Mantes-la-Jolie (Yvelines).

L'union syndicale Solidaires a appelé ses militants à rejoindre "tous les rassemblements" pour la mémoire de Steve Maia Caniço et demandé au gouvernement de faire cesser "immédiatement" la "répression policière".

L'avocate de la famille, s’est elle, dite étonnée de la prise de parole du premier Ministre, évoquant "une affaire d'Etat».

Sur les réseaux sociaux, le #SelonlIGPN fait florès

De très nombreux commentaires humoristiques se jouent des déclarations d'Edouard Philippe et de Christophe Castaner au sujet du rapport de l'IGPN.