Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Objectif Lune pour la capitale européenne de la culture Matera

Objectif Lune pour la capitale européenne de la culture Matera
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Cinquante ans après le premier pas de l'homme sur la Lune, Matera, la célèbre cité troglodyte italienne qui est l'une des capitales européennes de la culture 2019, consacre une partie de son programme à cet anniversaire. "Matera vue depuis la Lune", c'est le nom d'une vaste initiative qui mêle musique, images et installations.

Nous sommes de retour à Matera pour prendre le pouls de l'activité culturelle dans la célèbre cité italienne des Sassi, à la lumière du Soleil... Et de la Lune.

"En juillet 1969, l'homme foulait pour la première fois le sol lunaire : cinquante ans plus tard, le monde entier célèbre l'anniversaire de ce petit pas si grand pour l'humanité," explique notre journaliste Marta Brambrilla Pisoni. "Matera, capitale européenne de la culture 2019, l'a fêté à sa façon avec des événements forts en images," souligne-t-elle.

Le "rêve américain" d'un enfant du pays, ingénieur sur Apollo 11

Le premier, c'était la projection d'un documentaire présenté en première mondiale "Luna Italiana" qui évoque Apollo 11 par le spectre de Matera. Ce film rend en effet hommage à un enfant du pays : Rocco Petrone.

Ce fils d'une famille originaire d'un village près de Matera et immigrée aux Etats-Unis a supervisé en tant qu'ingénieur mécanique, le décollage de la mission.

"C'est incroyable à quel point Rocco Petrone incarne ce qu'on appelle le rêve américain," estime Renato Cantore, auteur et réalisateur de "Luna Italiana". "Quand on pense que ses parents étaient des fermiers pauvres qui ont quitté Sasso di Castalda en 1921 et que quarante-huit ans plus tard, leur fils devient le chef du projet de l'exploration lunaire, c'est clairement le rêve américain !" lance-t-il avant d'ajouter : "Cette soirée à Matera est vraiment magique."

"Extraordinaire, magnifique, bouleversant"

L'ensemble de la ville s'est mise en phase avec la Lune. La nuit du 20 au 21 juillet 1969 est dans toutes les têtes. Chez les plus âgés, les souvenirs sont intacts.

"Quand on a vu le premier homme se poser sur la Lune, marcher, sauter : c'était quelque chose d'extraordinaire," se rappelle un habitant de Matera. Un homme à ses côtés renchérit : "C'était magnifique, bouleversant."

Une habitante nous assure pour sa part, avoir "suivi ce qui s'est passé dans les moindres détails. Quand il a posé son pied sur le sol de la Lune et qu'il a dit : 'Je l'ai touché', on a tous applaudi," se souvient-elle.

La bande-son de la mission lunaire

Moment fort de ces célébrations lunaires : le spectacle multimédia "Apollo Soundtrack". Cette œuvre co-écrite en 1983 par le maître de l'ambient, Brian Eno est à cette occasion, interprétée pour la première fois hors du Royaume-Uni, avec la participation notamment de la violoncelliste islandaise Gyða Valtýsdóttir et de l'orchestre britannique contemporain à 12 instruments Icebreaker.

"Ce que vous pouvez écouter ce soir, c'est un arrangement tiré d'un album que mon frère Brian, Danny Lanois et moi avions composé en 1983," précise Roger Eno, musicien et compositeur. "Et à l'origine, c'était la bande-son d'un film que la NASA avait tourné et qui ne regroupait que des séquences originales, mais cette œuvre a finalement eu une deuxième vie bien plus importante que ce que nous aurions pu imaginer," souligne-t-il avant de conclure : "Je suis vraiment très honoré d'être ici. J'ai beaucoup voyagé dans ma vie et c'est sans doute l'un des plus beaux lieux que j'ai jamais vus, donc pour moi, c'est un rêve," assure-t-il.