Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Week-end sanglant aux États-Unis

Week-end sanglant aux États-Unis
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Voici les dernières images de vidéosurveillance diffusées par la police de l’Ohio, aux États-Unis : dans les rues de Dayton, les passants fuient, à la recherche d’un endroit où se réfugier. Quelques minutes plus tôt, un homme de 24 ans, armé d’un fusil d’assaut, a ouvert le feu sur la foule : 9 personnes ont été tuées, dont la propre sœur du tireur.

Une tuerie de masse qui s'est produite à peine 13 heures après une première fusillade, dans un hypermarché d’El Paso au Texas, où 20 personnes sont mortes.

Devant les caméras, le président américain Donald Trump assure que « la haine n’a pas sa place aux Etats-Unis », mais il ne remet pas en question la législation sur les armes à feu.

"Nous devons mettre un terme à tout cela. Cela dure depuis des années, des années et des années dans notre pays, et nous devons y mettre un terme", a-t-il déclaré.

Au Texas, la police a ouvert une enquête pour « crime à caractère raciste » et « terrorisme intérieur ». Le suspect, est un homme blanc âgé de 21 ans, qui avait publié quelques minutes avant l’assaut, un texte sur Internet dans lequel il évoquait une « invasion hispanique ».

Pour Beto O'Rourk, candidat à la primaire du Parti démocrate, la responsabilité des attaques se trouve au plus haut sommet de l’Etat :

"Nous avons devant nous, un président qui dans son premier discours en tant que candidat à la présidentielle, a décrit les immigrants mexicains comme des violeurs, comme des criminels, et a mis en garde les gens sur la menace que sont les demandeurs d’asile pour notre société. Il les a décrits comme des animaux, alors que selon les chiffres, les immigrants commettent moins de crimes aux Etats-Unis que ceux qui y sont nés", a-t-il commenté.

Dans la rue, des rassemblements spontanés se sont produits pour réclamer un renforcement du contrôle des armes à feu. L’auteur de la fusillade de Dayton avait pu acheter son arme d’assaut légalement sur Internet.