Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les prévisions dramatiques pour les océans et les glaciers (rapport de l'ONU sur le climat)

Glacier en Suisse, 21/08/2019
Glacier en Suisse, 21/08/2019 -
Tous droits réservés
REUTERS/Denis Balibouse
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est un nouveau rapport qui nous alerte sur le sort de la planète, et notamment sur l'état des océans.

Il émane du GIEC, le Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat. Il sera présenté officiellement le 25 septembre à Monaco.

Tout aussi alarmants que les précédents rapports, celui-ci pointe du doigt les conséquences désastreuses du réchauffement climatique sur les mers et la cryosphère (les zones gelées de la Terre).

Le niveau des océans et les 'réfugiés climatiques'

Le niveau des océans aura augmenté d'au moins 43 centimètres environ d'ici à la fin du siècle, dans le meilleur des scénarios. Cela pourrait atteindre près d'un mètre selon les prévisions les plus dramatiques.

Les petits atolls du Pacifique ne seront pas les seuls touchés. De très nombreuses villes côtières auront les pieds dans l'eau.

Cela aura un impact sur la population, évidemment.

Le GIEC prédit que près de 280 millions de personnes auront à s'installer ailleurs, rendant bien réelle la notion de "réfugiés climatiques ".

Raréfaction des poissons

Autre conséquence du réchauffement des océans : les réserves de poissons vont décliner encore plus vite qu'aujourd'hui, certaines espèces ne s'adaptant pas à des mers plus chaudes, plus acides et moins salées.

Permafrost et CO2

Enfin, le rapport s'inquiète du dégel du permafrost, cette couche du sol théoriquement gelée toute l'année.

En fondant, le permafrost libère les énormes quantités de dioxyde de carbone qu'il renferme. Et cela ne fait qu'accélérer le réchauffement climatique.

- avec agences -