Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Autriche : compte à rebours pour l'élection

Autriche : compte à rebours pour l'élection
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

À moins d'un mois des élections législatives anticipées autrichiennes les leaders des des principaux partis politiques ont lancé ce mercredi la série des trois débats télévisés qui doivent marquer la campagne.

La cheffe du parti libéral NEOS Beate Minl-Reinsinget et le chef du parti écologiste Die Grünen Werner Kogler se sont tout d'abord efforcé l'un et l'autre d'afficher leur distance avec le chancelier sortant conservateur Sebastian Kurz.

La ministre de l'Intérieur Karoline Edtstadler a ensuite fait face au social-démocrate Peter Pilz qui réclame une législation sur le financement des partis politiques.

Peter Pilz, fondateur du parti JETZT : "Je suis pour un financement par le gouvernement. Le financement doit provenir de là où se trouve l'argent : il s'agit clairement d'impôts sur la fortune."

Le temps fort de la soirée a été le duel entre la cheffe du parti social démocrate (SPÖ) Pamela Rendi-Wagner, et l'ancien ministre de l'Intérieur d'extrême droit Herbert Kickl (FPÖ) dont l'immigration est le sujet de prédilection.

Herbert Kickl, ancien ministre de l'Intérieur FPÖ : "Quand il s'agit de migrations, de préservation de notre culture et de notre identité, quand il s'agit de la protection de notre patrie, Mme Rendi-Wagner, cela ne vous touche pas."

Pamela Rendi-Wagner, cheffe du partie social-démocrate SPÖ : "Mais, Monsieur Kickl, qu'avez-vous fait en 18 mois pour résoudre le problème des réfugiés ? Vous cultivez la problématique des réfugiés comme si c'était une plante."

Herbert Kickl, ancien ministre de l'Intérieur : "C'est une bonne question : personne ne m'a jamais reproché de craindre la question des réfugiés et de l'asyle."

Pamela Rendi-Wagner, cheffe du partie social-démocrate SPÖ : "Quelle solution ou quel accord de rapatriement avez-vous trouvé ?"

Herbert Kickl, ancien ministre de l'Intérieur : "Je peux vous dire que jamais y a-t-il eu autant de déportations que lorsque j'étais ministre de l'Intérieur."

Pamela Rendi-Wagner, cheffe du partie social-démocrate SPÖ : Comme vous le savez, déportation n'est pas rapatriment."

Selon les derniers sondages, le chancelier sortant Sebastian Kurz et son parti sont favoris des élections anticipées du 29 septembre.