Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le pape François célèbre la paix au Mozambique

Le pape François célèbre la paix au Mozambique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La visite du Pape François au Mozambique est placée sous le signe de la paix. Le mois dernier, un accord a été signé entre le gouvernement de Maputo et la Renamo, l'ancienne rébellion devenue principal parti d'opposition. Une guerre civile avait pris fin voici 27 ans, mais la Renamo n'avait jamais désarmé. Cet acte officialise la fin du conflit.

"oui à la paix et à la réconciliation"

Le pape François, qui s'exprimait jeudi devant le président mozambicain Filipe Nyusi et le chef de la Renamo, Ossufo Momade, a loué "les efforts accomplis pour que la paix redevienne la norme".

"La paix est le meilleur chemin pour affronter (...) les défis que vous avez en tant que nation" a-t-il déclaré, "Non à la violence qui détruit, oui à la paix et à la réconciliation! " a-t-il ajouté.

Le Mozambique, l'un des pays les plus pauvres du monde

Selon la Banque mondiale, le Mozambique, avec ses plus de 2.000 km de côtes le long de l'océan Indien, figure dans la liste des dix États de la planète les plus menacés par les conséquences du changement climatique.

Le pays tente de se reconstruire après le passage dévastateur de deux cyclones, Idai et Kenneth, en mars et avril, qui ont fait plus de 700 morts. Le souverain pontife a dit partager la souffrances des centaines de milliers de sinistrés.

"Je veux que vous sachiez que je partage votre angoisse, votre souffrance", a glissé le pape, qui a plus généralement appelé la population à "la protection de la Terre".

Une polémique venue des catholiques américains

Une polémique a suivi le Pape François dans son avion qui le menait au Mozambique. Lorsqu'un journaliste lui rappelle que les courants conservateurs catholiques américains rêvent de le remplacer par un souverain pontife plus en accord avec leurs idées, le pape François réagit : "_C’est un honneur pour moi que les Américains m’attaquen_t". Une répartie, très spontanée rapidement atténuée par ses conseillers : « le pape aurait voulu dire qu’il considère toujours comme un honneur les critiques, en particulier quand elles viennent de penseurs reconnus et, dans ce cas, d’une nation importante ».