Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Younès, un jeune Iranien victime du blocus économique

Younès, un jeune Iranien victime du blocus économique
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Younès est un jeune Iranien qui vit à Téhéran. Il adorait faire du vélo et manger de la pizza. Mais aujourd'hui, il ne peut plus marcher ni manger et il a perdu l'audition et la vue.

Il y a un an, il a été diagnostiqué atteint d'adrénoleucodystrophie, une maladie neurodégénérative grave. Pour être sauvé, il devait subir une greffe de moelle osseuse au plus vite pour être sauvé, mais impossible de la réaliser.

"Pour effectuer cette greffe, nous devions faire un test spécial, raconte Mohamad Hasani, l'oncle de Younès. Nous pouvions effectuer les premières étapes ici en Iran, mais le test final devait être analysé dans un laboratoire en Allemagne.

Lorsque nous avons dû envoyer les échantillons là-bas, les sanctions avaient atteint leur point culminant et DHL a suspendu toutes ses activités en Iran. Comme l'envoi de ces échantillons devait s'effectuer selon des protocoles spécifiques, il était impossible d'envoyer des échantillons avec du courrier ordinaire ou par l'intermédiaire d'une personne."

Des milliers de vies en danger

Les États-Unis insistent sur le fait que les marchandises humanitaires, telles que des médicaments, ne sont pas soumises aux sanctions contre l'Iran. Mais les restrictions qui pèsent sur le commerce, ainsi que la réticence des institutions financières à traiter les transactions avec le pays, ont suffi à mettre en danger des milliers de vies.

"Les sanctions s'appliquent aussi sur les banques et nous ne pouvons donc pas acheter beaucoup d'instruments médicaux. Nous sommes plus touchés que tout autre secteur. Je pense que c'est vraiment un crime", s'insurge le docteur Reza Malekzadeh, médecin et ancien ministre iranien de la Santé.

Face à cette situation, l'oncle de Younès est dévasté : "Nous ne pouvons blâmer personne directement. Mais ceux qui disent que les sanctions n’ont aucun effet sur les citoyens ordinaires et qu’ils ont un impact uniquement sur le gouvernement devraient venir jeter un coup d’œil."

Il n’y a aucun moyen de savoir quel genre de vie aurait mené Younès s’il avait pu se faire soigner. Le garçon de 7 ans sera bientôt l'une des victimes du blocus économique qui touche l'Iran.

Son histoire prouve que des décisions politiques prises à des milliers de kilomètres touchent au plus près la vie des gens qui habitent sur place