Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Boris Johnson K.O. ! La suspension du Parlement britannique est "illégale"

Boris Johnson K.O. ! La suspension du Parlement britannique est "illégale"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est une nouvelle gifle pour Boris Johnson ! La Cour suprême britannique a tranché ce mardi à la mi-journée : la décision du Premier ministre de suspendre le Parlement était "illégale, nulle et sans effet" alors que la mise en vigueur du Brexit allait intervenir rapidement, le 31 octobre prochain. Le jugement a été rendu à l'unanimité par les 11 juges de la plus haute juridiction du Royaume-Uni, qui ont même ordonné que les députés se réunissent de nouveau dès que possible.

Le président de la Chambre des communes, John Bercow (en photo ci-dessous), qui avait dénoncé une "atteinte constitutionnelle", a réagi sans tarder, déclarant que les parlementaires devaient maintenant se retrouver "sans délai", peut-être dès mercredi. Il a ajouté qu'il allait consulter "de toute urgence" les chefs des différents partis politiques.

L'opposition et les conservateurs modérés applaudissent

Dans ce pays où le parlementarisme est roi, la mesure prise par le chef du gouvernement avait suscité une levée de boucliers au sein de l'opposition travailliste mais aussi parmi les députés conservateurs les plus modérés, appartenant pourtant au même camp que celui de Boris Johnson.

Une partie de la population britannique avait également crié au scandale, surtout les personnes hostiles au Brexit, estimant que le Premier ministre usait là d'une manoeuvre afin d'arriver au bout de son idée, faire sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne à tout prix, y compris sans accord sur les conditions du divorce. Suspendre le Parlement pendant une si longue période, jusqu'au 14 octobre, soit cinq semaines, a pu servir en effet à museler les parlementaires qui souhaitent au contraire arriver à une solution de compromis.