Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Les réactions de l'opposition britannique après la décision de la Cour Suprême

Les réactions de l'opposition britannique après la décision de la Cour Suprême
Tous droits réservés
Reuters
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

C'est une décision de la Cour suprême britannique qui réjouit l'opposition. La plus haute juridiction du Royaume-Uni a jugé illégale la suspension du Parlement décidée par le premier ministre.

Une décision spectaculaire qui signe une défaite majeure pour l'homme politique.

"La décision d'aujourd'hui confirme que nous sommes une nation régie par la primauté du droit. Les gens ne sont pas au-dessus des lois, même le premier ministre. Ne laissez pas le gouvernement minimiser la gravité du jugement aujourd'hui." a déclaré une militante anti-brexit, Gina Millar.

Certains appellent même à la démission du premier ministre conservateur, comme le chef du parti travailliste, Jeremy Corbyn : _"J'invite Boris Johnson, dans cet instant historique, à reconsidérer sa position. Obéissez à la loi, retirez "le no deal" et organisez de nouvelles élections pour élire un gouvernement qui respecte la démocratie, qui respecte l'État de droit et qui redonne le pouvoir au peuple." _

La première ministre écossaise, Nicola Sturgeon s'est elle aussi exprimée sur le sujet : " La principale priorité du Parlement devrait être de continuer à bloquer un "no deal" pour le Brexit fin octobre. Si le premier ministre n'est pas prêt à faire quelque chose de décent et honorable en remettant sa démission, je pense que le Parlement devrait se réunir rapidement pour le forcer à quitter ses fonctions."

Après cette décision, le président du Parlement John Bercow a déclaré que la Chambre devait se réunir sans délai.

Boris Johnson en visite à New York, a déclaré ne pas être d'accord avec l'arrêt de la Cour suprême mais, qu'il le "respectera". Selon ses assistants, il ne compte pas démissionner pour autant.