Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Brexit : Londres va faire des propositions

 Brexit : Londres va faire des propositions
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Boris Johnson promet qu'il va "très bientôt" formuler des propositions pour un éventuel règlement de la question de la frontière irlandaise.

Ces propositions, dont on ne connaît pas le détail, visent à maintenir ouverte après le Brexit la frontière terrestre entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande.

Boris Johnson, Premier ministre britannique : "Nous n'allons pas dévoiler maintenant les propositions que nous allons faire à Bruxelles. Mais nous pensons qu'il y a une bonne solution. J'espère sincèrement que nos amis européens à Bruxelles, à Dublin et en Allemagne voudront faire avancer les choses".

La frontière irlandaise constitue le principal point de blocage des négociations du Brexit et Bruxelles reproche à Londres de n'avoir proposé aucune solution.

Boris Johnson, Premier ministre britannique : "Mais il ne devrait y avoir aucun contrôle à la frontière, l'unité du marché unique devrait être respectée et, bien sûr, les Anglo-Irlandais devraient soutenir et respecter le processus de paix du vendredi saint. Et c'est ce que nous allons faire. Et vous pouvez faire ces trois choses tout sortant l'ensemble du Royaume-Uni de l'Union européenne."

Boris Johnson a confirmé que sa proposition prévoyait "un territoire unique pour l'agriculture, les industries agroalimentaires sanitaires et phytosanitaires, ce qui constitue une concession importante du gouvernement britannique".

Sur les échanges agricoles, "les décisions en matière de règles sanitaires et phytosanitaires continueraient à être prises à Bruxelles sans que le Royaume-Uni n'ait son mot à dire", a-t-il précisé.

Tout nouvel accord devra être approuvé par le Parlement qui a déjà rejeté à trois reprises l'accord de Brexit qu'avaient négocié Theresa May et son gouvernement.

Les partis d'opposition britannique se sont unis pour empêcher qu'un Brexit sans accord puisse avoir lieu le 31 octobre.