DERNIERE MINUTE

Destitution : l'ex-ambassadrice américaine en Ukraine témoigne

Destitution : l'ex-ambassadrice américaine en Ukraine témoigne
Tous droits réservés
REUTERS/Jonathan Ernst
Taille du texte Aa Aa

C'était une première audition très attendue au Congrès, dans le cadre de la procédure de destitution engagée par les démocrates contre Donald Trump : le témoignage de l'ex-ambassadrice américaine en Ukraine, Marie Yovanovitch.

Cette diplomate nommée sous l'ère Obama a affirmé que Donald Trump avait fait pression pendant des mois pour qu’elle soit rappelée à Washington.

En quoi la diplomate peut-elle apporter un éclairage sur les accusations ?

Les élus veulent notamment déterminer si la diplomate a perdu son poste parce qu'elle n'avait pas coopéré avec la campagne menée par l'avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani, pour pousser Kiev à enquêter sur les Biden.

Dans cette affaire, le président américain est accusé d'avoir fait pression sur le président ukrainien Volodymyr Zelensky pour qu'il enquête sur les affaires en Ukraine du fils de Joe Biden, concurrent démocrate du président américain pour la prochaine présidentielle.

Donald Trump, lui, dément avoir tenté de faire pression sur la justice américaine pour qu'elle enquête sur les Biden :"Est-ce que j'ai demandé ? Non, mais je ne peux imaginer que personne ne l'ait fait", a-t-il répondu ce vendredi aux journalistes.

Quel a été le rôle joué par Rudy Giuliani, l'avocat de Donald Trump ?

Depuis plusieurs mois, l'avocat personnel du président des Etats-Unis a noué des contacts avec des intermédiaires plus ou moins recommandables, dans l'espoir d'obtenir l'ouverture d'une enquête à Kiev sur le fils de Joe Biden, Hunter, qui a longtemps eu des intérêts au sein d'un groupe gazier ukrainien.

Deux des associés de l'avocat de Donald Trump, Rudy Giuliani, font actuellement l’objet de poursuites pour violation des lois sur le financement des campagnes électorales. Ils sont accusés d'avoir effectué d'importantes donations à des hommes politiques américains en dissimulant l'origine des fonds, en partie russes.

Selon Reuters, l'un d'eux aurait travaillé pour l'homme d'affaire ukrainien Dmytro Firtash, qui est soupçonné aux Etats-Unis de corruption et de crime organisé.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.