DERNIERE MINUTE

La fin des publicités politiques sonnera sur Twitter le 22 novembre

La fin des publicités politiques sonnera sur Twitter le 22 novembre
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Twitter a lancé un énorme pavé dans la mare en annonçant que le réseau social n'acceptera plus aucune publicité à caractère politique où que ce soit dans le monde à partir du 22 novembre.

Jack Dorsey co-fondateur et PDG du réseau affirme que "la portée d'un message politique doit se mériter, pas s'acheter" et accentue du coup la pression sur Facebook.

Pour l'homme qui a écrit le premier tweet de l'histoire, l'enjeu, c'est la crédibilité des réseaux sociaux à qui on reproche la diffusion de fausses informations.

En 2016, ils ont été très critiqués pour ne pas avoir bloqué des campagnes de manipulation russes lors de l'élection américaine qui a vu la victoire du Républicain Donald Trump.

Mais Mark Zuckerberg, PDG du géant Facebook, continue de défendre sa politique. Il a récemment décidé de continuer à autoriser les publicités politiques sur ses plateformes, même si elles contiennent des mensonges ou contre-vérités, sans vérification des faits.

Twitter préfère donc les interdire. Une décision qui intervient au moment où Facebook a accepté de payer une amende de 577 000 euros pour des infractions à la loi sur la protection des données liées à la collecte du cabinet de conseil Cambridge Analytica.

Le Royaume-Uni a infligé cette petite amende symbolique à Facebook l'an dernier car les données d'au moins un million d'utilisateurs britanniques faisaient partie des informations recueillies par Cambridge Analytica et ont été utilisées à des fins politiques.

Facebook a lourdement investi depuis 2018 pour rétablir la confiance, depuis ces révélations de fuites de données massives.

Le groupe emploie plus de 43 000 personnes, 28 % de plus qu'il y a un an, et a enregistré une hausse de ses coûts de 32 % à 10,5 milliards de dollars au troisième trimestre.

Ses équipes dédiées à la sécurité ont mis fin ces derniers mois à plusieurs opérations de désinformation menées par des groupes étrangers (le plus souvent russes) pour influencer des électeurs américains ou dans d'autres pays.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.