DERNIERE MINUTE

Le mur de Berlin : quand la technologie se met au service de l'Histoire

Le mur de Berlin : quand la technologie se met au service de l'Histoire
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le mur de Berlin comme si vous y étiez, c'est le pari que s'est lancé une application de réalité augmentée.

30 ans après la chute de ce mur qui divisait l'actuelle capitale allemande en deux, un Berlinois a eu l'idée d'amener les touristes à mieux comprendre le mur : sa localisation, son évolution, mais aussi quelle vie menait-on entouré de cet édifice de béton. L'homme à l'origine de cette création c'est Peter Kolski :

J'ai connu le mur quand j'étais enfant. J'étais très jeune. J'avais huit ans quand il est tombé. Bien sûr, je n'ai pas vraiment compris ce qu'était le mur. Je pensais que c'était la fin du monde. On pouvait regarder à gauche et à droite, mais on ne voyait rien devant soi et c'était sans fin dans les deux sens.

Via l'application gratuite MauAr, c'est tout un pend de l'Histoire qui est retracé grâce à la technologie de réalité augmentée. Superposer des images du mur et des tours de garde sur le monde réel voilà le secret de cette nouvelle façon d'appréhender ce que fut la vie des Berlinois de 1961 à 1989.

Pour Iben Nicolaisen, en visite avec ses enfants : "Je pense que c'est une très bonne idée si vous voulez que les jeunes enfants comprennent ce que c'était mais aussi pour les personnes âgées de se rappeler comment le mur était. Peut-être que ça pourrait apporter un peu de tristesse aux gens de le revoir, mais ce sont aussi des souvenirs."

Trois décennies après sa chute, c'est avec un simple clic que vous pouvez voir l'évolution de la structure au fil des années. Avec son application, Peter Kolski a ainsi mis la technologie au service du devoir de mémoire.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.