DERNIERE MINUTE

"Panne générale" le 5 décembre en France ? Un petit guide sur la grève

"Panne générale" le 5 décembre en France ? Un petit guide sur la grève
Tous droits réservés
REUTERS, ERIC GAILLARD
Taille du texte Aa Aa

Attention à la "panne générale" demain 5 décembre en France ! Le pays doit faire face à une large grève interprofessionnelle contre la réforme des retraites, un mouvement social qui devrait être fortement suivi et pourrait déborder au-delà de jeudi. Les syndicats CGT, FO, la plateforme Solidaires, la plupart des syndicats de l'enseignement, des étudiants et des lycéens, et des organisations syndicales d'avocats, de magistrats et de policiers appellent des millions de salariés des secteurs public et privé à stopper le travail. Et ils promettent de tenir bon pour faire changer de cap le gouvernement.

Pourquoi cette réforme fâche-t-elle une partie des Français ?

Les répercussions de ce mouvement sur les transports en train ou en avion vont être très importantes, comme l'indiquent les prévisions :

90% des trains sont annulés, a annoncé la direction de la SNCF.

Seulement 1 TGV sur 10 doit circuler sur les axes de l'Atlantique et du Sud-Est, 1 sur 6 dans l'Est et le Nord de la France.

Les usagers des TER sont les plus mal lotis, à peine 3% de ces trains régionaux vont rouler, et c'est une moyenne ! Seulement 23% des liaisons seront assurées par des autocars de remplacement.

Seul 1 Eurostar sur 2 sera en service, et 2 Thalys sur 3.

En région parisienne, même punition, 90% des RER et autres trains de banlieue sont supprimés.

La directrice de la communication de la SNCF, Agnès Ogier, avoue ne voir aucune issue pour les usagers :

Très clairement, nous invitons nos clients à annuler leurs déplacements, reporter leurs voyages, autant que c'est possible pour eux

Dans le transport aérien, la Direction générale de l'aviation civile prévoit une annulation d'environ 20% des vols sur l'ensemble du territoire. Air France a indiqué que 30% de ses vols intérieurs et 15% de ses vols moyen-courriers ne seront pas assurés. Trois syndicats de la compagnie nationale qui sont habituellement bien suivis par le personnel au sol ont appelé à la grève; chez les aiguilleurs du ciel, l'USAC-CGT, deuxième syndicat le plus représentatif de la profession, souhaite même étendre la protestation jusqu'à samedi.

La compagnie britannique EasyJet a carrément annulé 233 vols intérieurs et moyen-courriers au départ des aéroports français.

11 lignes du métro parisien fermées

A Paris, prendre le métro sera une galère assurée puisque 11 lignes sur 16 seront fermées. Donnons plus de précisions pour les habitués, sans oublier les touristes présents dans la capitale : il n'y aura aucune rame sur les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 8, 10, 11, 12 et 13. Ce ne sera guère mieux avec les bus, deux tiers d'entre eux ne devraient pas rouler.

Absentéisme pour 7 enseignants sur 10

Parmi les 900 000 enseignants qui travaillent dans le premier ou le second degré, peu devraient être dans leur classe jeudi. Selon leurs syndicats, près de 7 sur 10 prévoient d'être grévistes. Le plus représentatif dans le primaire, le Snuipp-FSU, s'attend à ce qu'au moins 40% des écoles soient fermées, plus fortement en milieu rural qu'en ville. Dans les collèges et les lycées, le premier syndicat du secondaire, le Snes-FSU, annonce jusqu'à 60% de grévistes.

Alors, comment les parents vont-ils faire face ? C'est une question récurrente en France puisque l'accueil dans les établissements scolaires ne sera pas pour autant facilité, le personnel non enseignant, notamment des cantines, étant amené également à faire grève.

Chacun son régime de retraite

Les 140 000 électriciens et employés du gaz, qui luttent pour défendre leur propre régime de retraite, ne vont pas être en reste. La CGT du secteur annonce qu'il faut même s'attendre à des baisses de production d'électricité, et des coupures d'alimentation dans certains bâtiments publics.

Enfin, le Conseil national des barreaux prévoit une journée "justice morte" jeudi. Les avocats se battent eux aussi pour leur "régime autonome", il ne coûte "pas un euro" à l'État, plaident-ils.

Bref, il est beaucoup plus simple et rapide de dire ce qui va marcher, ou rouler, demain : cela tient en quelques moyens de transport, les autocars interurbains FlixBus et BlaBlaBus, le covoiturage, les taxis Uber, les vélos, les trottinettes électriques mais guère plus... Si, une dernière chose, la grande débrouille !

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.