DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'hommage des Iraniens au général Qassem Soleimani

L'hommage des Iraniens au général Qassem Soleimani
Tous droits réservés
AP
Taille du texte Aa Aa

Un hommage national a été rendu ce dimanche au général Qassem Soleimani, tué vendredi dans un raid américain.

Une foule immense dans la ville sainte de Mashhad

Une foule immense s'est massée autour du convoi funéraire dans la ville sainte chiite de Mashhad, dans le nord-est de l'Iran. Première journée d'un deuil national de trois jours pour saluer la mémoire de cette figure très populaire et influente, véritable architecte de la stratégie militaire iranienne au Moyen-Orient.

Téhéran promet de venger son assassinat et doute des menaces de représailles américaines. La guerre des mots, elle, a bel et bien commencé :

Le meurtre du Général Soleimani est un acte odieux et injustifiable. Les Américains font des commentaires pour détourner l'attention et faire oublier ce qu'ils ont fait, mais je doute qu'ils aient le courage de lancer un conflit et de frapper des sites en Iran.
Abdolrahim Mousavi
commandant en chef de l'armée de la République islamique d'Iran

Donald Trump a averti : si Téhéran attaque des cibles américaines, les États-Unis répliqueront en frappant 52 sites iraniens, dont certains "de très haut niveau et très importants pour l'Iran et pour la culture iranienne."

Interrogé sur ABC, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a une nouvelle fois condamné la politique iranienne au Moyen-Orient :

Le régime de Téhéran ne peut pas utiliser, sans impunité, des forces par procuration et penser que l’Iran sera en sécurité. Nous allons répondre aux véritables décideurs de ce pays, ceux qui sont à l'origine de la menace. Nous allons prendre cela au sérieux et défendre le peuple américain.
Mike Pompeo
Chef de la diplomatie américaine

Pour venger la mort de Qassem Soleimani, Téhéran pourrait frapper des cibles militaires américaines. Washington s'y prépare en déployant près de 3.500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient afin de renforcer la sécurité des positions américaines.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.