DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le guide Michelin vient d'enlever une étoile au célébrissime restaurant de Paul bocuse

euronews_icons_loading
euronews
euronews   -  
Tous droits réservés
euronews
Taille du texte Aa Aa

L'annonce a fait l'effet d'une bombe dans le monde de la haute cuisine : L'auberge du Pont, le restaurant de Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d'or près de Lyon a perdu sa troisième étoile au Michelin.

Aux Halles Paul Bocuse, où le chef aimait faire ses courses et goûter les produits locaux, c'est l'incompréhension, voire même un peu d'hostilité contre le célèbre guide...

Catherine Molière tient 'Les Garçons Bouchers' aux Halles :

"Je pense que c'est juste marketting, ils ont enlevé une étoile, ça va faire monter le guide Michelin, ça va devenir un collector, et l'année prochaine ils vont rendre l'étoile !"

Pour le Président de l'Association des commerçants des Halles de Lyon, Claude Polidori, c'est un scandale : "Ces gens qui crée le guide Michelin, on a l'impression qu'ils n'aiment plus la cuisine d'antan. On touche pas des choses comme ça, c'est l'emblème de la France, on touche pas à Monsieur Paul Bocuse. Les chefs actuels gardent cette tradition, parce qu'il faut la faire perdurer."

Et pour Dominique Palastre, une étoile en moins n'enlève rien au prestige de Paul Bocuse : "On est attristé, maintenant Monsieur Paul Bocuse reste une légende, reste un empereur et un pape de la gastronomie, et notre maître à tous dans Lyon."

La cuisine traditionnelle que représente Bocuse n'est pas dans les mêmes standards que la plupart des restaurants trois étoiles.

Pour le critique gastronomique François Mailhes, la perte d'une étoile n'est pas étonnante, mais pas forcément justifiée : "Je ne suis pas étonné parce que le bruit courait depuis très très longtemps. Chez Paul Bocuse, on est dans une auberge, où l'on mange une cuisine traditionnelle, mais tellement traditionnelle que plus personne ne la sert au monde. Le mot "trois étoiles", son explication est simple : "vaut le voyage". J'estime qu'un américain, un indien, un japonais a envie d'aller découvrir Paul Bocuse, et c'est certain il ne retrouvera pas ce type de cuisine internationale que l'on retrouve partout, Mais "vaut le voyage", oui, "Paul Bocuse vaut le voyage."

Paul Bocuse reste de toutes manières une institution et un empire qui survivront certainement à la perte de son étoile. Et qui attirera toujours ceux pour qui cuisine rime avec tradition...

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.