DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le restaurant de Paul Bocuse perd sa troisième étoile au Michelin

euronews_icons_loading
Le restaurant de Paul Bocuse perd sa troisième étoile au Michelin
Tous droits réservés  x
Taille du texte Aa Aa

Deux ans presque jour pour jour après la disparition de Paul Bocuse, le restaurant mythique des bords de Saône du chef français se voit retirer sa troisième étoile au Guide Michelin.

Certaines étoiles perdent de leur éclat au fil du temps. C'est le cas de celles de Paul Bocuse et de son restaurant, situé à Collonges-au-Mont-d’Or, près de Lyon, dans le sud-est de la France. L'établissement mythique de l'un des chefs français les plus connus dans le monde vient de perdre sa troisième étoile au guide Michelin.

"GL events, société organisatrice du Bocuse d'Or, tient à apporter son soutien indéfectible à la Maison Bocuse qui vient de se voir retirer, après 55 ans, sa troisième étoile au guide Michelin", selon un communiqué des organisateurs de ce concours international de cuisine, lancé en 1987 par "Monsieur Paul".

Si l'établissement, symbole de la gastronomie française traditionnelle, avait conservé l'ADN de son fondateur défunt, les plats avaient été retravaillés pendant plusieurs mois. Le restaurant devait rouvrir le 24 janvier, après trois semaines de fermeture pour travaux.

"Quand on pense avoir réussi, on a déjà loupé"

Cela faisait 55 ans que l'institution située sur les bords de Saône, près de Lyon, possédait les trois étoiles. Un coup dur donc, à quelques jours du deuxième anniversaire de la disparition de Paul Bocuse, qui est décédé à l'âge de 91 ans.

Car les trois étoiles faisaient la fierté du chef, qui déclarait en 2015 au micro d'Euronews, avec une certaine philosophie : "Cela fait quand même 55 ans que j'ai trois étoiles Michelin sans arrêt. Mais faut faire attention : quand on pense avoir réussi, c'est déjà qu'on a loupé. On n'a jamais réussi, il faut toujours faire mieux."

Une réflexion qui trouve un écho tout particulier ce vendredi. Ce rétrogradage sonne comme un coup de tonnerre dans le milieu de la gastronomie française. Le restaurant de Paul Bocuse constituait un temple, un lieu de pèlerinage culinaire pour les gourmets du monde entier.