La capacité de mutation du coronavirus 2019-nCoV en question

Illustration : le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) vu au microscope, photographié en 2013.  Le coronavirus 2019-nCov est de la famille du MERS.
Illustration : le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) vu au microscope, photographié en 2013. Le coronavirus 2019-nCov est de la famille du MERS. Tous droits réservés HO / BRITISH HEALTH PROTECTION AGENCY / AFP
Par Nathan Joubioux avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors le coronavirus vient de faire sa 9e victime en Chine, des chercheurs ont mis au point une molécule qui leur permettra de dire si ce virus a le potentiel pour devenir une pandémie.

PUBLICITÉ

Les scientifiques sont en première ligne dans la bataille pour contenir le nouveau coronavirus 2019-nCov apparu en Chine en décembre dernier.

Des chercheurs allemands ont mis au point une molécule. Selon eux, l'analyse de celle-ci leur permettra bientôt de dire si ce virus a le potentiel pour devenir une pandémie.

Les laboratoires examineront notre formule, commanderont certains éléments spécifiques qu'ils recevront après deux jours. Ils nous commanderont également cette molécule qu'ils recevront dans un délai très court pour qu'ils puissent commencer à la tester. Et ce qu'ils vont tester sera semblable à un échantillon des voies respiratoires des patients.
Dr. Christian Drosten
Hôpital de la Charité de Berlin

Les autorités chinoises ont répété que le virus pourrait muter, et se propager plus facilement. Pour certains, ce n'est pourtant pas une fatalité, ce virus ayant un très faible niveau de mutation.

Pourquoi ce virus muterait pour devenir plus dangereux ? Il n'y a aucune raison, a priori. Parce qu'en général, quand un virus mute pour devenir plus dangereux, il est mieux surveillé et on isole les cas beaucoup plus facilement et beaucoup plus volontairement. Et à ce moment-là, on a une action de maîtrise qui se fait beaucoup mieux. En terme de diffusion, pour un virus, ça ne serait pas forcément un avantage. Il n'y a pas forcément une évolution naturelle du virus vers plus de dangerosité, en général, c'est plutôt l'inverse.
Dr. Bruno Lina
Virologue au laboratoire Virpath

Ce virologue met cependant en garde sur une mutation qui favoriserait la capacité de transmission de ce coronavirus. L’épidémie pourrait alors prendre une ampleur un peu plus importante, sans que le virus lui-même ne soit plus dangereux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Coronavirus 2019-nCoV : "Il existe une menace crédible de pandémie aussi en Europe"

Coronavirus 2019-nCoV : le bilan s'alourdit, le risque de mutation inquiète

Ukraine : Berlin demande à Pékin d'intervenir auprès de Moscou pour "arrêter la guerre"