DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus chinois : plus de 100 morts, un premier cas en Allemagne, des évacuations se préparent

euronews_icons_loading
Patient pris en charge par un hôpital de Wuhan, le 25 janvier 2020
Patient pris en charge par un hôpital de Wuhan, le 25 janvier 2020   -   Tous droits réservés  Hector RETAMAL / AFP
Taille du texte Aa Aa

Le nombre de victimes du coronavirus 2019-nCoV a bondi en Chine et l'évacuation des étrangers s'organise. Pékin a annoncé la mort de plus de 100 personnes sur l'immense territoire chinois. Pratiquement 4 500 personnes sont contaminées. Les chiffres augmentent même si les autorités font leur possible pour contenir l'épidémie.

Wuhan, métropole du centre du pays et la quasi totalité de la province de Hubei sont coupés du monde depuis jeudi dernier. Cette ville de 11 millions d'habitants est l'épicentre de l'épidémie, où 100 des décès recensés ont été enregistrés. Depuis, des personnes ont succombé dans d'autres agglomérations du pays, comme à Shanghai. Le 27 janvier, les autorités chinoises avaient fait état du premier mort à Pékin. La victime, une personne âgée de 50 ans, s'était rendue à Wuhan au début du mois.

Un confinement qui a bloqué des milliers d'étrangers dans la région. Les Etats-Unis, le Japon, le Maroc, l'Espagne, l'Allemagne, le Royaume-uni, la France préparent l'évacuation de leurs ressortissants cette semaine. Les autorités sanitaires se veulent rassurantes à Paris :

"Nous bénéficions aujourd'hui en France d'un test rapide qui va être disponible de plus en plus largement sur le territoire dans les prochains jours, et c'est important pour pouvoir rassurer les personnes qui sont classées comme cas possibles et donc qui vont être exclues en quelques heures, ou confirmées en quelques heures", a expliqué Jérôme Salomon, directeur général de la Santé.

Plusieurs cas ont été confirmés en France. Il faut savoir qu'environ 500 Français sont inscrits sur la liste consulaire de Wuhan, mais ils pourraient être plus nombreux, car la ville accueille des usines de Renault et PSA et de nombreux étudiants français.

Un premier cas a été confirmé en Allemagne. Au total, une cinquantaine d'autres malades ont été répertoriés dans le monde.

Signe de l'inquiétude croissante des autorités chinoises, le premier ministre Li Keqiang s'est rendu à Wuhan pour soutenir le moral des équipes médicales qui sont débordées par l'afflux de patients malades ou en proie au doute.

Chinatopix Via AP
Le Premier ministre chinois Li Keqiang dans un supermarché de Wuchan le 27 janvier 2020Chinatopix Via AP

Le second personnage de l'Etat chinois est venu aussi surveiller la construction de deux hôpitaux en préfabriqués destinés à accueillir ceux qui montrent des signes d'infection : 1 500 lits devraient être disponibles dès la semaine prochaine.

Hector RETAMAL / AFP
Chantier de l’hôpital qui pourra accueillir plus de 1 000 patients à WuhanHector RETAMAL / AFP

Cette épidémie est un nouveau test pour Pékin accusé d'avoir réagi trop lentement et d'avoir caché des informations en 2002-2003 pour un autre coronavirus, le SRAS, qui avait fait 800 morts.

Mais la situation est tout autre cette fois-ci , le directeur général de l'OMS se rend à pékin pour en discuter avec les autorités chinoises. Les explications de l'ONU depuis New York :

"L'OMS a souligné que nous avons une chance de devancer le virus si nous travaillons tous ensemble. Elle a donné des conseils aux pays sur la manière d'identifier et de soigner les personnes atteintes du virus, et sur la manière dont les individus peuvent se protéger et protéger les autres" a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétariat général de l'ONU.

En attendant, la recherche d'un vaccin se poursuit, les écoles sont fermées dans la province de Hubei, et les congés du nouvel an chinois ont été prolongés pour éviter des déplacements de population.

L'Organisation Mondiale de la Santé a réévalué la menace liée au coronavirus 2019-nCov au niveau international de "modérée" à "élevée". En Chine, l'OMS considère que le risque est "très élevé".

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) considère que l'impact potentiel de l'épidémie de 2019-nCoV est élevé, la probabilité d'introduction de nouveau cas dans l'Union européenne est jugée, elle, comme modérée.