DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’avenir européen souhaité de l’Ecosse

euronews_icons_loading
L’avenir européen souhaité de l’Ecosse
Tous droits réservés
Virginia Mayo - AP - Virginia Mayo
Taille du texte Aa Aa

La place d'une Ecosse indépendante est dans l'Union européenne. C'est le message martelé par la Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, lors de son premier déplacement à Bruxelles depuis le Brexit. "Le Royaume-Uni n'est pas un Etat unitaire. C'est une union volontaire de nations. Et l'une de ces nations, l'Ecosse, a répété son souhait de rester dans l'Union européenne", explique-t-elle. Elle justifie aussi son souhait d’organiser un référendum dont le résultat "soit accepté à la fois sur la scène nationale et internationale".

Pour la dirigeante écossaise la question n'est pas si l'indépendance de l'Ecosse se produira mais plutôt quand aura lieu le divorce. Dans l'immédiat Nicola Sturgeon compte travailler avec Londres sur tous les dossiers. En matière de relation commerciale avec l'UE, elle veut maintenir les plus hauts standards et les plus proches possibles. "Cela aidera à protéger nos standards environnementaux et les conditions de travail, de plus cela facilitera les exportations écossaises vers l'Union européenne", insiste-t-elle.

La responsable écossaise s'est exprimée après une réunion avec la vice-présidente de la Commission européenne, Margrethe Vestager. La rencontre était centrée sur l'économie numérique et l'environnement. Dans ces deux domaines les autorités écossaises veulent travailler avec les institutions européennes et la communauté internationale. Glasgow accueillera cette année la conférence de l'ONU sur le climat.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.