DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : fin de la quarantaine pour les passagers du Diamond Princess au Japon

euronews_icons_loading
Covid-19 : fin de la quarantaine pour les passagers du Diamond Princess au Japon
Tous droits réservés  Yuta Omori/Kyodo News via AP
Taille du texte Aa Aa

Deux semaines de quarantaine s'achève au Japon pour les milliers passagers du paquebot le Diamond Princess. 500 premiers passagers ne présentant pas de symptômes, dont les tests se sont révélés négatifs et qui n'ont pas eu de contact avec des personnes porteuses du coronavirus, doivent débarquer pendant la journée. L'opération devrait prendre encore 3 jours.

Plus de 540 personnes, 542 mardi, ont été contaminées par le coronavirus ce qui a placé le Japon sous le feu des critiques quant à la gestion de cette quarantaine. Ces personnes contaminées sont soignées à terre.

En parallèle, la Russie a pris une nouvelle mesure de précaution en rapport avec l'épidémie. Moscou a interdit temporairement aux Chinois d'entrer dans le pays. Une mesure en place depuis mardi minuit, heure de Moscou.

Jusqu'ici, la Russie n'a eu que deux cas de Covid-19 sur son territoire. Les autorités ont hospitalisé des centaines de personnes revenant de Chine par mesure de précaution.

L'OMS a mis en garde contre toute mesure disproportionnée après une étude réalisée par des chercheurs chinois qui montre que 80 % des patients touchés souffrent d'une forme bénigne de la maladie. Les personnes les plus à risque étant celles souffrant d'autres pathologies, les personnes âgées et les soignants.

A ce jour, l'épidémie a fait plus de 2 000 morts en Chine continentale et plus de 75 000 personnes ont été infectées.

"Parfois, c'est une maladie bénigne, la plupart des gens ont juste une maladie très bénigne et tout est terminé en quelques jours et c'est vrai, et pour ceux qui ont cela et pour les jeunes et les adultes qui ont cette forme de maladie, c'est super. Mais il y a un nombre important de personnes, souvenez-vous, 20% des personnes qui contractent cette maladie sont soit gravement malades, soit le devienne", a expliqué Michael Ryan, directeur de la gestion des crises d'urgence sanitaire de l'OMS.

A Pékin, les autorités chinoises continuent d'appliquer une stricte règle de quarantaine de 14 jours à tous ceux qui sont revenus dans la capitale après les vacances du nouvel an. La Cité interdite n'a jamais aussi bien porté son nom.