DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : une rumeur meurtrière empoisonne l'Iran

Un homme portant un masque de protection contre le nouveau coronavirus, parle sur son téléphone portable dans le centre de Téhéran, en Iran
Un homme portant un masque de protection contre le nouveau coronavirus, parle sur son téléphone portable dans le centre de Téhéran, en Iran   -   Tous droits réservés  Vahid Salemi/The Associated Press
Taille du texte Aa Aa

C'est une rumeur meurtrière qui se répand en Iran, en ligne et sur les applications de messagerie : boire de l'alcool serait efficace contre le nouveau coronavirus. Aucune étude ne la corrobore mais l'épidémie de Covid-19 a déjà fait plus de 2 378 morts et 32 300 contaminés dans le pays. Et nombreux sont ceux qui cherchent un remède miracle, ou, du moins, un peu d'espoir.

Sauf que, dans cette République islamique, la vente d'alcool est interdite. L'approvisionnement se fait via des contrebandiers. L'alcool vendue clandestinement est souvent frelatée ou contient des liquides industriels, comme le méthanol, extrêmement toxique pour qui en boit.

Les intoxications viennent alourdir le bilan déjà très élevé de la pandémie de Covid-19. Selon les médias iraniens, près de 300 personnes ont été tuées et plus de 1 000 autres ont été rendues malades par l'ingestion de méthanol dans tous le pays.

Le Dr Hossein Hassanian, un médecin iranien qui aide le ministère de la Santé du pays a déclaré à l'Associated Press que le problème était encore plus grave, avec un bilan d'environ 480 morts et 2 850 personnes malades.

Méfiance et rumeurs

Beaucoup d'Iraniens sont méfiants à l'égard du gouvernement après qu'il ait minimisé la crise pendant des jours avant qu'elle ne submerge le pays. Cette méfiance, associée à la peur du virus, à un manque d'éducation en matière de boisons alcoolisées et à ces rumeurs sur Internet, a rendu des dizaines de personnes malades après avoir bu de l'alcool de contrebande contenant du méthanol dans la province du Khuzestan, au sud-ouest de l'Iran, et dans la ville de Chiraz, au sud du pays.

"Les autres pays n'ont qu'un seul problème, celui de la nouvelle pandémie de coronavirus. Mais nous nous battons sur deux fronts ici", explique le Dr Hassanian. "Nous devons à la fois guérir les personnes souffrant d'intoxication alcoolique et lutter contre le coronavirus".

Des vidéos diffusées par les médias iraniens montrent des patients avec des intraveineuses posées dans leurs bras, allongés sur des lits autrement nécessaires à la lutte contre le coronavirus. Parmi eux, un garçon de 5 ans est devenu aveugle après que ses parents lui aient donné du méthanol toxique en croyant à tort qu'il le protégerait contre le virus. Les médias iraniens ont également rapporté des cas dans les villes de Karaj et Yazd.

La rumeur se propage en ligne et via des applications de messagerie en farsi où se transmettent et se retransmettent des messages reprenant un article de tabloïd datant de début février qui suggère faussement qu'un enseignant britannique ainsi d'autres personnes se sont soignés du coronavirus avec du whisky et du miel. Mélangés à des messages sur l'utilisation de désinfectants pour les mains à base d'alcool, certains ont cru à tort que la consommation de boissons à haute teneur en alcool tuerait le virus dans leur corps.

Cécité et troubles neurologiques

Le méthanol n'a ni odeur ni goût particulier dans les boisons. Selon le centre anti-poison belge, les premiers symptômes d’une intoxication par du méthanol concentré sont des vertiges, des troubles de l’équilibre et de la confusion. Ce qui peut ressembler aux signes d’ébriété dus à l’alcool. En temps normal, toute personne qui ingère du méthanol doit être emmenée d’urgence à l’hôpital.

Sans traitement, d’autres symptômes apparaissent ensuite, parfois après un délai de 18 à 24 heures, le temps nécessaire à l’organisme de transformer le méthanol en d’autres substances encore plus toxiques. Les séquelles d’une intoxication grave peuvent être des troubles de la vue, la cécité - perte définitive de la vue, des troubles neurologiques voire la mort.

AP Photo/Vahid Salemi
Sur cette photo du 3 mars 2020, des personnes font vérifier leur température à l'entrée du centre commercial Palladium, dans le nord de Téhéran, en Iran.AP Photo/Vahid Salemi

En Iran, le gouvernement impose aux fabricants de méthanol d'ajouter un colorant artificiel à leurs produits afin que le public puisse le distinguer de l'éthanol, un type d'alcool qui peut être utilisé pour nettoyer les blessures. L'éthanol est en effet l'alcool que l'on trouve normalement dans les boissons alcoolisées.

Dans certaines provinces, dont le Khuzestan et le Fars, les décès dus à la consommation de méthanol ont dépassé le nombre de décès dus au nouveau coronavirus
Dr Hassanian

Le Dr Hovda, un toxicologue à Oslo, s'attend lui à ce que le méthanol fasse d'autres victimes en Iran dans le futur proche. Il explique que certains contrebandiers ajoutent au méthanol un peu d'eau de javel pour masquer le colorant réglementaire, puis le commercialisent. Parfois, il est utilisé pour couper les stocks de vraies boissons alcoolisées importées clandestinement, pour rallonger le stock. D'autres fois, il est vendu directement sous forme de méthanol mais faussement étiqueté comme étant consommable. Il arrive aussi que qu'il soit ajouté à de l'alcool artisanal, distillé secrètement en Iran.

"Le virus se propage et les gens meurent, et je pense qu'ils sont encore moins conscients du fait qu'il y a d'autres dangers qui existent", souligne le Dr Hovda. "Tant qu'ils continueront à boire ça, il y aura plus de gens empoisonnés."

Même avant l'épidémie, l'empoisonnement au méthanol avait fait des ravages en Iran. Une étude avait révélé que l'empoisonnement au méthanol a rendu 768 personnes malades dans le pays entre septembre et octobre 2018 seulement, tuant 76 personnes.

Une demande accrue avec la pandémie

En Iran, les consommateurs musulmans d'alcool peuvent être sanctionnés par des amendes en espèces et 80 coups de fouet. Cependant, les Iraniens chrétiens, juifs ou zoroastriens peuvent boire des boissons alcoolisées en privé.

Si la police procède occasionnellement à des descentes surprises, le commerce d'alcool non toxique se poursuit également. L'arak iranien fabriqué localement à partir de raisins fermentés, connu sous le nom d'Aragh sagi, se vend 10 dollars pour une bouteille de 1,5 litre. La vodka importée se vend 40 dollars la bouteille.

Cette année, à cause du coronavirus, ma clientèle a été multipliée par quatre ou cinq.
Rafik
Fabricant d'alcool artisanal

"Chaque année, pendant le Novruz, les vacances du Nouvel An persan qui commencent le 21 mars, ma clientèle double", déclare Rafik, un Irano-arménien qui fabrique de la vodka dans le sous-sol de sa maison à Téhéran. Il s'exprime à la condition que seul son prénom soit utilisé de peur d'être arrêté. "Cette année, à cause du coronavirus, elle a été multipliée par quatre ou cinq".

Farhad, qui se décrit lui-même comme un gros buveur et qui vit dans le centre de Téhéran, affirme que l'alcool reste facile à trouver pour ceux qui le recherchent. "Même quand on marche dans la rue, on peut trouver de l'alcool", dit-il.

Depuis 1979 et la Révolution islamique, les 40 usines d'alcool d'Iran ont vu leur production se transformer en produits pharmaceutiques et en désinfectants. D'autres sont restées inactives, comme l'usine d'alcool Shams abandonnée à l'est de Téhéran. Mais alors que certaines mosquées en Iran distribuent de l'alcool à haute teneur comme désinfectant, les responsables prévoient de recommencer la production à Shams avec comme objectif 22 000 litres d'alcool à 99% par jour.